BFMTV

Hauts-de-France: une association publie les images d'une cruelle chasse au renardeau

Un renard / Photo d'illustration

Un renard / Photo d'illustration - Loïc Venance / AFP

Pratique légale, la vénerie sous terre est toutefois vivement critiquée pour sa violence, y compris par les chasseurs.

Les images sont difficilement soutenables. Sur son site internet, l'association One Voice a publié, ces dernières heures, une enquête nommée "Infiltration chez des déterreurs de renardeaux", accompagnée d'une vidéo qui présente les méthodes de ces chasseurs, qui opèrent ici dans les Hauts-de-France. 

Nuisibles?

Dans cette séquence d'un peu plus de deux minutes, on peut voir ces derniers, en compagnie de chiens, extirper un renardeau de son terrier à l'aide d'une pince utilisée pour bloquer son museau, et le frapper jusqu'à la mort à l'aide d'un autre de ces outils. Présent au milieu des chasseurs, un adolescent est également de la partie et participe à la pluie de coups. 

Comme le signale France 3 Hauts-de-France, cette pratique, appelée vénerie sous terre est toutefois légale, et ne se circonscrit pas aux renards. Ainsi, d'autres animaux considérés comme nuisibles sont concernés, tels que les ragondins, ou encore les blaireaux, qui quant à eux sont classés comme gibier chassable. 

"C'est extrêmement cruel"

Contactée par l'antenne régionale du média national, Muriel Arnal, présidente et fondatrice de One Voice, est écœurée par cette technique de chasse. 

"C'est extrêmement cruel. C'est sadique parce que les animaux sont en général en train de dormir dans leur terrier et sont surpris. En plus, les chasseurs saccagent la forêt parce qu'ils font des trous partout pour trouver les terriers. [...] Les chasseurs disent qu'ils gèrent la forêt, mais ils font en fonction de leur loisir et non en fonction de la forêt elle-même sinon ils ne tueraient pas les renards: on sait aujourd'hui qu'ils sont très utiles dans la nature."

De fait, cette dernière souhaite que les autorités mettent fin à cette pratique plus que controversée et critiquée. 

"Nous demandons l'abolition de cette pratique de chasse. Nous réclamons aussi que les renards ne soient plus classés nuisibles", assure-t-elle. 

Du côté des chasseurs, ces images ont également choqué. Toujours contacté par France 3, Bernard Mailly, vice-président de la Fédération des chasseurs de la Somme, évoque des "brebis galeuses." 

"Je n'ai pas vu la vidéo et je ne souhaite pas la voir. On ne cautionne pas du tout ce genre de comportements. On en a parlé avec le président et on est tous écœurés de cette vidéo. [...] On va les dénoncer, c'est sûr",avertit-il. 
Hugo Septier