BFMTV

La SNCM et les contrôleurs aériens en grève

La grève des contrôleurs aériens sera moins suivie que prévue.

La grève des contrôleurs aériens sera moins suivie que prévue. - -

Des perturbations sont à prévoir dans le Sud, mardi, où deux mouvements de grève ont été déposés. Le point sur les prévisions de trafic.

La grève lancée par un syndicat minoritaire de contrôleurs aériens, prévue jusqu'à dimanche, devrait affecter mardi un quart des vols en moyenne, notamment dans le sud de la France et sur les trajets à destination d'Europe du Sud et du Maghreb.

Le préavis déposé par l'Unsa-ICNA, troisième syndicat des aiguilleurs du ciel (22,4% des voix aux élections professionnelles), court du 24 au 29 juin.

Avec cette action, il entend protester contre les moyens trop faibles, selon lui, accordés à la navigation aérienne pour 2015-2019 dans "le plan de performance" que la France doit présenter d'ici au 30 juin à Bruxelles.

Les prévisions de trafic

Selon le secrétariat d'Etat aux Transports, environ 75% des vols devaient être assurés en moyenne pendant la semaine. Assujettis au service minimum, les contrôleurs aériens peuvent être réquisitionnés pour permettre d'assurer au minimum 50% du trafic.

• Les aéroports concernés. L'essentiel des perturbations devait être concentré sur les aéroports de Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux, ainsi que les vols au départ de Paris à destination du sud de la France, d'Espagne, Portugal, Maroc, Tunisie et Algérie.

• 20% des vols suprimés. Dans ces aéroports et sur ces lignes, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) a invité les compagnies à supprimer 20% de leurs vols mardi. Les perturbations sont plus fortes dans la portion Sud-Est du ciel aérien français car l'Unsa-ICNA est majoritaire au centre de contrôle d'Aix-en-Provence.

Air France prévoit d'assurer mardi la totalité de ses vols long-courriers et 90% de ses vols court et moyen-courriers (France-Europe).

Grève dure pour la SNCM

Les syndicats de la compagnie maritime en difficulté SNCM démarrent mardi une grève qui s'annonce dure, au démarrage de la saison touristique vers la Corse, pour protester contre les menaces pesant sur leur entreprise.

Avec cet arrêt de travail, les navires de la SNCM devraient rester à quai pour une durée indéterminée, interrompant les traversées vers le Maghreb et la Corse, à une semaine de la haute saison dans l'île de Beauté. Tous les syndicats, CGT - SAMMM - FO - CFE-CGC - CFDT - CFTC, ont appelé au mouvement, reconductible toutes les 24 heures, à l'exception du Syndicat des travailleurs corses (STC).

S. C. avec AFP