BFMTV

Gironde: un pharmacien suspendu après avoir refusé de vendre des contraceptifs

L'homme a agi en accord avec ses convictions religieuses.

L'homme a agi en accord avec ses convictions religieuses. - Laurent Neyssensas - Flickr - CC

Un apothicaire du bordelais a été interdit d'exercer son métier pour avoir refusé de vendre des contraceptifs. Il invoque sa foi religieuse.

Bruno Pichon ne s'encombre pas de la liberté de chacun de disposer de son corps. Ce pharmacien de 38 ans, officiant à Salleboeuf, à quelques kilomètres de Bordeaux, a été dénoncé par deux clientes qui l'accusent de leur avoir refusé des contraceptifs prescrits par leur médecin. Le pharmacien a expliqué agir au nom de sa religion catholique.

La pilule et le stérilet

Le pharmacien, qui a confirme à Ouest-France sa suspension, avait déjà été condamné en 1995 après avoir porté l'affaire devant la Cour européenne des droit de l'homme, sûr de son bon droit. L'Ordre des pharmaciens a cette fois opté pour une suspension d'une semaine à partir du 2 mai 2016.

Annie Carrareto, administratrice du Planning familial de Gironde, explique que son association a été contactée "en janvier par deux clientes de l'officine de M. Pichon à qui on avait refusé la distribution de contraceptifs prescrits par des médecins". "Envoyées sur place le 12 janvier, deux de nos militantes ont essuyé le même refus après avoir demandé un stérilet et une pilule du lendemain prescrits par un médecin du Planning familial", explique la militante associative.

La pharmacie n'est pas fournie

Problème: la pharmacie de Monsieur Pichon est la seule de la ville de Salleboeuf, et elle n'est pas approvisionnée en contraceptifs. Une situation qui a poussé le Planning familial à alerter la préfecture, mais aussi l'Agence régionale de santé. Cette dernière a accepté de recevoir les responsables du Planning.

Légalement, un pharmacien n'a aucun droit de refuser la distribution de médicaments à un patient disposant d'une ordonnance conforme. Seule exception qui ne s'applique pas ici: un pharmacien peut refuser la délivrance d'un médicament s'il estime qu'il mettrait en danger la santé du patient.

Paul Aveline