BFMTV

Fortes chaleurs: les pompiers mettent en garde contre l'ouverture de bouches à incendie

Plusieurs centaines de bouches à incendie utilisées pour se rafraîchir ont été vandalisées en Ile-de-France ce week-end. Outre le gaspillage d'eau, les pompiers de Paris rappellent que la pratique peut s'avérer dangereuse et causer de nombreux dégâts.

Avec les fortes chaleurs, la tentation de se rafraîchir a été trop grande. Rien que ce week-end, 300 bouches à incendie ont été vandalisées en Ile-de-France. Cette pratique, illégale, est utilisée par certains pour se rafraîchir en pleine rue.

Sur les réseaux sociaux, des internautes ont relayé des photos dans lesquelles les bouches à incendie ouvertes sont transformées en véritable geyser, inondant la chaussée.

Une situation qui exaspère les riverains, comme à la Plaine Saint-Denis où les vannes étaient encore ouvertes dans la nuit de dimanche à lundi. 

"Ca fait un peu plus d'une semaine que ça dure tous les jours. Une bande de jeunes viennent avec une clé à molette et ouvrent les bouches à incendie", raconte un habitant.

"Pour eux c'est marrant, il y a de l'eau qui sort, ils se rafraîchissent. Sauf que derrière, ça gêne la voie publique, ça reste du vandalisme. Il y a des voitures comme aujourd'hui qui se font vandaliser parce que les enfants sautent dessus", poursuit une autre. 

Un phénomène qui peut compliquer la mission des pompiers

Face à ce phénomène, les pompiers de Paris ont rappelé sur leur site internet que les bouches d'incendie étaient réservées aux soldats du feu et qu'en cas d'incendie, leur mission pouvait être compliquée.

"Pendant que ces poteaux ou ces bouches sont ouvertes, le débit peut être moindre et on peut ne pas avoir d'eau pour alimenter nos camions en cas de gros incendie d'appartement, ce qui pourrait coûter la vie à certaines personnes", insiste Peter Gurruchaga, pompier à Garges-les-Gonesse. 

Risque de blessure ou d'électrocution

Ceux qui vandalisent les bouches à incendie peuvent également se mettre en danger. Le débit d'eau est en effet extrêmement fort et peut blesser. Il y a deux ans, un enfant de 8 ans avait ainsi été projeté violemment en l'air à Bobigny. Il existe aussi des risques d'électrocution lorsque le geyser de plusieurs mètres de haut s'approche des câbles électriques. Au-delà de ces risques, l'ouverture des bouches à incendie entraîne des inondations de caves, de parkings et peut causer des accidents de la route.

Ouvrir une bouche à incendie sans autorisation peut aussi coûter cher. Face à ce phénomène, plusieurs villes d'Ile-de-France avaient décidé de mettre en place des amendes pouvant atteindre 9.000 euros. Les auteurs de ces vandalismes risquent également des poursuites pénales.

Carole Blanchard avec Julien Migaud-Muller