BFMTV

Fêtes de fin d'année: attention aux arnaques aux étrennes

Profitant de la vente traditionnelle de calendriers, certains escrocs se font passer pour des facteurs ou des éboueurs et volent leurs victimes par ruse.

Profitant de la vente traditionnelle de calendriers, certains escrocs se font passer pour des facteurs ou des éboueurs et volent leurs victimes par ruse. - Denis Charlet - AFP

A l'approche des fêtes de fin d'année, la Préfecture de police de Paris met en garde contre les faux quêteurs en porte-à-porte, qui abusent de la confiance de certaines personnes, généralement âgées.

Ils se disent éboueurs, facteurs, agents EDF ou pompiers, et profitent des fêtes de fin d'année pour vendre des calendriers ou demander des étrennes. Mais comme chaque hiver, la police met en garde contre les imposteurs, des "personnes mal intentionnées" qui se "font passer pour l'un de ces professionnels", explique-t-on à la Préfecture de police de Paris.

Ces "rusiers", comme les surnomme la police, se présentent au domicile de leurs victimes, souvent âgées, et quémandent illégalement de l'argent. Le mode opératoire est parfois même plus élaboré: ils entament la conversation pour réussir à s'introduire dans le logement, et une fois à l'intérieur, dérobent des objets de valeur en détournant l'attention de leur victime.

Un faux éboueur sévissait dans Paris

Un scénario qui a justement conduit à l'arrestation d'un homme de 56 ans le 12 novembre dernier, par les services du premier district de la police judiciaire de Paris. L'homme est soupçonné d'avoir détroussé au moins 35 personnes entre avril 2013 et septembre 2014, en se faisant passer pour un éboueur et en réussissant à entrer dans le logement de ses victimes.

Il avait déjà été incarcéré par le passé pour des faits analogues, et a été formellement reconnu par certaines victimes. Il sera prochainement jugé. Le vol par ruse sur une personne vulnérable constitue une infraction punie par une peine pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

L'arnaque est d'autant plus aisée à réaliser qu'une entreprise nationale comme La Poste ne contrôle absolument pas la vente de calendriers par ses équipes, d'autant plus qu'elle n'est pas à l'origine de leur confection. Il s'agit d'une "tolérance" de la direction, selon Nord-Eclair, qui explique également que le montant des gains reste de fait inconnu. Or, les étrennes sont imposables dans certains cas.

>> A LIRE AUSSI: Dépannage en urgence: nos conseils pour éviter les arnaques

quelques conseils des services de police

Certaines professions n'ont pas le droit de demander des étrennes. C'est le cas des agents municipaux, comme les éboueurs ou les égoutiers, sur décision de la préfecture.

N'hésitez pas à exiger de voir la carte professionnelle du quêteur.

  • Ne recevez pas de demande de professionnels après 18 heures.

Laissez patienter les quêteurs sur le pas de votre porte si vous allez chercher de la monnaie.

A. G.