BFMTV

Faire payer l'entrée des cathédrales? L'Église dit non

La cathédrale Notre-Dame de Paris en juillet 2017

La cathédrale Notre-Dame de Paris en juillet 2017 - Jean-Sébastien Evrard-AFP

La Conférence des évêques de France s'est opposée à la proposition de Stéphane Bern, qui a suggéré de faire payer l'entrée des cathédrales. Elle estime que l'accès à ces lieux de prière "doit être libre".

C'est non. Stéphane Bern, chargé d'une mission sur le patrimoine par Emmanuel Macron, a suggéré de faire payer l'entrée des cathédrales pour entretenir ces monuments. Idée que l'Église de France a rejetée ce lundi en soulignant que les cathédrales étaient "avant tout" des "lieux de prière et de culte dont l'accès doit être libre".

"Combien coûtera une prière?"

"Il faut d'urgence faire payer l'entrée des cathédrales. On est le seul pays où leur accès est gratuit. Une ville comme Paris n'a plus les moyens d'entretenir son patrimoine religieux", a déclaré dans Le Parisien daté de vendredi l'animateur de télévision.

Un point de vue que ne partage pas Patrick Chauvet, recteur archiprêtre de Notre-Dame de Paris. "Moi, ce qui m'intéresse, c'est que le touriste devienne pèlerin, a-t-il indiqué à BFMTV. "Si je fais payer le touriste, il ne deviendra pas pèlerin. Il aura vu simplement un beau monument, des belles pierres, des belles voûtes, de beaux tableaux mais c'est tout."

La proposition a été très commentée sur les réseaux sociaux, la sénatrice UDI Nathalie Goulet y voyant "une violation de la loi de 1905" séparant les Église et l'État. L'article 17 de la loi dispose en effet que "la visite des édifices et l'exposition des objets mobiliers classés seront publiques: elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance".

"Nous avons besoin plus que jamais de ces lieux de prière, de silence, de beauté, de gratuité offerts à tous", a également jugé sur Twitter l'abbé Grosjean, le prêtre du diocèse de Versailles. D'autres internautes ont de même estimé que visiter une cathédrale était un acte "culturel" qui devait "être gratuit". "Combien coûtera une prière?" s'interroge un utilisateur de Twitter. "Difficile de distinguer les simples visiteurs des croyants assidus", témoigne un autre, qui considère que le mécénat serait "plus judicieux".

"Il ne s'agit pas de faire payer les fidèles"

En réponse au tweet de Nathalie Goulet, Stéphane Bern a nuancé ses propos. "Je suggérais de faire payer l'entrée de Notre-Dame aux visiteurs touristiques -qui empêchent du reste les croyants de se recueillir- en dehors des heures où s'y rendent les fidèles. On a déformé cette suggestion qui émane de l'Observatoire du patrimoine religieux", une association militant pour la rénovation et contre la destruction des édifices cultuels.

"C'est l'idée que, par exemple en Italie ou en Espagne -pays très catholiques s'il en est- au moment où il n'y a pas d'offices religieux mais où il y a des hordes de touristes qui empêchent de toutes façons le recueillement des fidèles, on puisse faire payer l'entrée pour des gens qui visitent de façon touristique", a précisé à la presse Stéphane Bern lors d'un déplacement au Musée de l'histoire vivante à Montreuil, en Seine-Saint-Denis. "Il ne s'agit pas de faire payer les fidèles quand ils vont à la messe, enfin c'est ridicule! On ne peut me faire ce procès, c'est idiot", a poursuivi l'animateur.

Pourtant, ce n'est pas ce que l'Observatoire du patrimoine religieux a expliqué à BFMTV. "Les églises comme les cathédrales sont, du fait de la loi de 1905, mises à disposition de façon exclusive et gratuite au culte catholique et cela sous-entend que réciproquement, elles sont ouvertes gratuitement à toutes les personnes qui s'y présentes", selon Maxime Cumunel, son secrétaire général.

"L'accès payant entamerait la rencontre avec Dieu"

Pour la Conférence des évêques de France (CEF), "les cathédrales, alors même qu'elles font partie du patrimoine culturel de la France, sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l'accès doit être libre".

"En notre époque de bruit et de tribulations, les cathédrales constituent des lieux de paix et d'intériorité, proposés à tous", fait valoir la CEF dans un communiqué. "Rendre leur accès payant entamerait la dimension de gratuité que comporte la proposition de la foi, la rencontre avec Dieu."

L'État est propriétaire de près de 90 cathédrales, dont Notre-Dame de Paris, l'un des monuments historiques les plus visités d'Europe qui accueille environ 13 millions de fidèles et de touristes chaque année. À Notre-Dame, qui doit faire appel au mécénat pour compléter les sommes allouées par l'État pour son entretien, seule la visite des tours et de la galerie surplombant la cathédrale est payante, l'accès étant géré par le Centre des monuments nationaux.
C.H.A. avec AFP