BFMTV

Eure: un ancien directeur d'école accusé de pédophilie

Cartables et vêtements accrochés dans le vestiaire d'une école de Caen le 2 septembre 2008. (Photo d'illustration)

Cartables et vêtements accrochés dans le vestiaire d'une école de Caen le 2 septembre 2008. (Photo d'illustration) - MYCHELE DANIAU / AFP

Les faits présumés se seraient déroulés au Neubourg, petite commune normande, entre 1989 et 2008.

Il aurait sévi pendant près de 19 ans. Gilles Guibert a récemment comparu pour des faits de pédophilie devant le tribunal correctionnel d’Evreux, dans l’Eure, raconte Paris-Normandie.

Cet ancien directeur de l’école primaire Dupont de l’Eure du Neubourg, où il était en charge de la classe de CM2, est accusé d’être l’auteur d’attouchements et d’agressions sexuelles sur 24 petites filles âgées de neuf à onze ans au moment du crime présumé, entre 1989 et 2008. On soupçonne celui qui fut aussi adjoint au maire de ce petite ville normande d’avoir agi dans sa salle de classe mais également dans une annexe dépendant de son domicile, où il a continué à donner des leçons particulières après sa retraite.

97 jeunes filles auditionnées par la gendarmerie

C’est le dépôt d’une plainte par une de ses anciennes élèves en 2007 qui a lancé l’affaire. La gendarmerie a alors entendu 97 jeunes filles passées par son CM2. 24 d’entre elles ont alors dit avoir été victimes de sa part d’attouchements ou d’agressions sexuelles. Six d'entre elles se sont portées partie civile au procès. Ces dernières, alors écolières, auraient ainsi dû caresser son sexe, ses fesses ou sa poitrine, sous la menace.

Aujourd’hui âgé de 79 ans et domicilié dans les Yvelines, Gilles Guibert s’est justifié devant le tribunal et a même tenté une contre-offensive.

"Ce sont des menteuses, je suis outré, tout ceci est de la jalousie ou bien de la xénophobie", a lancé l’ancien enseignant de confession juive.

Cinq ans de prison requis

Le substitut du procureur de la République s’est emporté: "Pour vous, ce ne sont que de petites menteuses. Et cette adolescente qui tente de se suicider, qui alterne boulimie et anorexie, pour tenter de sortir du mal être dans lequel vous l’avez plongée, c’est du mensonge?" Pour Me Florence Rault, l'avocate qui défend Gilles Guibert, le fait que son client soit convoqué en correctionnelle et non devant les assises pour une pareille accusation montre que le dossier "ne tient pas debout".

L’affaire a été mise en délibéré au mois de juin mais le parquet a d’ores et déjà réclamé cinq ans de prison dont quatre ans de prison ferme assortis d’un mandat de dépôt à l’encontre de Gilles Guibert. Il a aussi demandé son inscription au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (Fijais).

R.V