BFMTV

Elle prend un vigile pour se protéger de collégiens

-

- - -

Mais que fait la police ? A Avignon, la fille d'une femme de 86 ans, malade, a embauché un garde du corps pour la protéger des incivilités d’élèves violents d’un collège voisin.

A la suite de plusieurs actes d’incivilités commis par des jeunes, issus d’un collège voisin, une habitante d’Avignon a fait appel à un vigile pour protéger sa mère. En poste depuis un mois, le garde du corps assure 4 jours par semaine, une heure par jour, la sécurité devant le domicile de la femme, âgée de 86 ans et malade.

« A 200 € par mois, je ne tiendrai longtemps »

« La sécurité de ma mère n’a pas de prix, explique Malika, mais à 200 euros par mois, je ne pourrais pas tenir longtemps. Donc, il est temps que la police nationale fasse l’effort de passer régulièrement. »

« Au début, les jeunes m’ont testé... »

Comment se passe ce gardiennage très particulier ? Lionel Dian, notre correspondant, s’est rendu sur place : Si vous vous approchez d’un peu trop près, Damien vous accoste. Cheveux très courts, lunettes noires, carrure impressionnante, Damien est agent de sécurité professionnel. Sa mission : protéger Fatima, la vieille dame, sa maison, son jardin, sa clôture, bref son "périmètre", comme il dit… C’est à la suite d’une bagarre entre jeunes du collège voisin, qui s'est terminée dans le jardin, que les enfants de Fatima ont décidé de l’engager. A son arrivée, le vigile affirme avoir été testé par les jeunes, avec des insultes et des provocations. Mais il n’a pas reculé et assure que le calme est désormais revenu. En employant Damien, les enfants de Fatima avouent vouloir aussi marquer l’opinion, pour obliger les forces de l’ordre à leur apporter des réponses.

« Marre de ces gosses qui montent partout ! »

« Y’en a marre de ces gosses qui montent partout », lance André, un voisin de la famille, en colère. Comme 80 personnes des alentours, il a signé une pétition contre l’insécurité dans le quartier. « Ils m’ont cassé ma voiture… Si ça continue, on va faire comme Fatima. Si la mairie et la préfecture ne font rien, nous on fera quelque chose. »

« La police ne peut pas tout assurer »

La famille assure qu’elle a engagé le vigile parce qu’elle n’avait pas réponse satisfaisante de la police. Dénonçant l’« intérêt purement financier des sociétés de sécurité qui essaient de pallier les carences de l’administration », Jean-François Amaide, délégué du syndicat Alliance police dans le Vaucluse, reconnaît que la police n’a « pas la capacité à tout assurer. Bien souvent, la volonté y est, poursuit-il, mais la capacité matériel, non. A cause du manque d’effectifs. »

La Rédaction, avec Lionel Dian