BFMTV

Vincent Peillon souhaite voir la morale laïque enseignée dès la rentrée 2013

-

- - -

Le ministre de l’Education Vincent Peillon veut instaurer à la rentrée 2013 une morale laïque, laquelle, précise-t-il, ne doit être ni ordre moral ni instruction civique mais doit enseigner aux enfants les principes et comportements du "vivre ensemble".

"Il y a eu beaucoup de petits dispositifs. Je veux créer un consensus car cela va très au-delà du clivage gauche-droite", a-t-il expliqué mercredi lors de sa conférence de presse de rentrée.

La laïcité à l'école est régulièrement chahutée par diverses polémiques, comme celui des "mamans accompagnantes" voilées lors de sorties scolaires ou la question de la viande halal à la cantine.

"La laïcité, ce n'est pas la simple tolérance, ce n'est pas ‘tout se vaut’, c'est un ensemble de valeurs que nous devons partager", a précisé le ministre. "Pour les partager, il faut qu'elles nous soient enseignées et qu'elles soient apprises (...) Il faut reconstruire entre les enfants de France du commun", a-t-il ajouté.

Le ministre a fixé "une très grande ambition" à la mission de réflexion qui sera installée à la rentrée et prendra "trois, quatre, cinq mois", pour "déboucher sur une refonte des programmes".

La morale laïque ne doit s'apparenter ni à l'"ordre moral" ni à l'"instruction civique"

Dans un entretien au Journal du dimanche, le ministre fixe à la mission "trois objectifs : qu'il y ait une cohérence depuis le primaire jusqu'à la terminale, que cet enseignement soit évalué, qu'il trouve un véritable espace".

Il souligne que la morale laïque ne doit pas s'apparenter à l'"ordre moral" ou à l'"instruction civique": "le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s'émanciper, car le point de départ de la laïcité, c'est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix", précise-t-il.

Grégoire Pelpel