BFMTV

Un quart des universités françaises en faillite

BFMTV

Près de 20 grandes universités françaises en déficit pourraient voir leur situation s’aggraver en 2012. Les conséquences sont assez lourdes et à terme c’est la qualité de l’enseignement et la sécurité des locaux qui en pâtiraient.

Paris Diderot, Paris-Pierre-et-Marie-Curie, Paris-Sud et Strasbourg figurent en tête des classements internationaux les plus prestigieux et pourtant ces universités scientifiques sont les plus touchées. Leurs trésoreries seraient proches voire inférieures à un mois de fonctionnement

Eviter la rigueur dans les universités

"On est dans une renégociation des marchés pour gagner des marges de manœuvre avec notre fournisseur d’électricité, notre fournisseur de chauffage. Mais en même temps ça ne suffit pas entièrement donc c’est des projets que l’on retarde. C’est l’informatisation de la cité qui est absolument cruciale pour faire face à nos responsabilités, pour gérer nos 30.000 étudiants. Donc on retarde des investissements parce qu’il faut faire des économies" explique Jean Chambaz, le président de l’université Paris-Pierre-et-Marie-Curie.

La Cour des comptes l’a souligné au début du mois, il manque 120 millions d’euros dans le budget de l’enseignement supérieur. Un déficit qui s’expliquerait par une sous-estimation des dépenses de personnels. Les présidents d’établissements lancent donc un appel au gouvernement afin d’éviter que la rigueur soit appliquée aux universités.