BFMTV

Tous les élèves de troisième formés aux premiers secours d'ici 2022

-

- - FRED DUFOUR / AFP

Le but, à terme, est d'atteindre le chiffre de 80% de la population française capable de procurer les premiers soins dans une situation d'urgence.

Tous les élèves de troisième formés aux gestes de premiers secours d'ici 2022: c'est la promesse qu'a faite lundi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, à l'issue du Conseil des ministres, reprenant une mesure lancée lors du quinquennat précédent.

"L'Éducation nationale est bien sûr en première ligne avec l'objectif de former l'intégralité des élèves de troisième aux gestes de premiers secours d'ici 2022", a déclaré Benjamin Griveaux en revenant sur le volet "Engagement citoyen" d'une communication du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.

Un projet lancé par Najat Vallaud-Belkacem

Cet effort s'inscrit dans un plan plus large de "formation généralisée aux gestes de premiers secours, avec un objectif de former 80% de la population aux gestes de premiers secours", a précisé le porte-parole du gouvernement. Cet objectif passe par la mobilisation de l'ensemble de la sphère publique, mais aussi des entreprises et du monde associatif, a-t-il souligné.

Après les attentats terroristes de 2015, la ministre de l'Education d'alors, Najat Vallaud-Belkacem, avait voulu développer "la culture de gestion des risques" au sein des quelque 62.000 établissements scolaires français. Parmi les mesures figurait la formation aux gestes de premiers secours des élèves de classe de troisième, progressivement à partir de la rentrée 2016.

Seuls 29% des Français opérationnels

Bien que décrétée "grande cause nationale", la formation aux premiers secours tarde à se généraliser en France, faute de moyens et d'être obligatoire. Garrot pour arrêter une hémorragie, massage cardiaque: seuls 29% des Français sont formés à ces réflexes essentiels en cas d'urgence, contre 80% dans les pays scandinaves, en Allemagne ou au Canada, selon la Fédération nationale des sapeurs pompiers de France (FNSPF).

Chaque année en France, 40.000 personnes meurent d'un malaise cardiaque et 20.000 d'un accident de la vie courante, bien plus que d'accidents de la route.

CR avec AFP