BFMTV

Enseignants: quatre syndicats appellent à la grève le 28 mars

Ecole primaire, salle de classe

Ecole primaire, salle de classe - -

Rythmes scolaires, salaires et conditions de travail, les principaux points d’achoppement entre les enseignants de l’hexagone et le gouvernement sont les mêmes que le 12 février dernier.

Quatre fédérations d'enseignants, minoritaires, ont appelé ce vendredi, dans un communiqué, à une nouvelle grève nationale, le 28 mars, pour exiger l'abrogation du décret sur les rythmes scolaires et l'ouverture de négociations sur les salaires et les conditions de travail.

La Ferc-CGT, la Fnec-FP FO, Sud Education et la CNT Education (anarcho-syndicaliste) réclament l'abrogation du décret sur la réforme des rythmes scolaires, instituant le retour à la semaine de 4,5 jours dans le primaire à la rentrée 2013 (ou 2014 par dérogation).

La réforme n'apporte "aucune amélioration significative pour les élèves et dégrade un peu plus les conditions de travail des personnels", selon les organisations.

Les syndicats veulent de réelles négociations

Elles demandent "un autre projet qui réponde aux besoins des élèves", et l'ouverture de "réelles négociations sur les revendications des personnels", notamment en matière de salaires.

Les organisations syndicales s'opposent également au projet de loi pour la refondation de l'école, soumis à l'Assemblée nationale à partir de lundi.

Le texte "va dans le sens d'une territorialisation de l'école et d'un éclatement du cadre de référence nationale avec le pilotage des cartes de formation professionnelle et la prise en charge des services d'orientation par les régions", ainsi que "le transfert aux collectivités locales de missions dans le premier et le second degré", ajoute le communiqué.

Grève à Paris le 25 mars

La CGT, FO, Sud, la CNT et la Faen avaient déjà appelé à une grève nationale sur ces thèmes le 12 février. Elles avaient été rejointes, mais avec un autre mot d'ordre, par le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, qui réclame un report de la réforme des rythmes à 2014.

A Paris, les syndicats particulièrement remontés contre le projet prévu par le maire (PS) Bertrand Delanoë, présentent un front uni pour exiger un report de la réforme à 2014. L'intersyndicale SNUipp-FSU, FO, SE-UNSA, Sud, CGT et CNT appellent les enseignants à une nouvelle grève le 25 mars, jour où le Conseil de Paris devrait se réunir sur le sujet.

A LIRE AUSSI:

>> Rythmes scolaires : le point sur une réforme confuse

>> Qui va payer la réforme du rythme scolaire ?

A.D. avec AFP