BFMTV

Mise à jour des règles sanitaires dans les écoles

Une enfant à l'école (photo d'illustration)

Une enfant à l'école (photo d'illustration) - Frederick Florin - AFP

Le ministère de l'Education nationale a une nouvelle fois changé le protocole sanitaire concernant les établissements scolaires, en raison de la fin la territorialisation des mesures de freinage.

À quoi ressemblera le protocole sanitaire dans les écoles lors de la rentrée du 26 avril? Les services du ministère de l'Éducation nationale, contactés ce vendredi par BFMTV, assurent qu'il est "en cours de préparation" et rédigé "en collaboration avec les autorités sanitaires". Les organisations syndicales seront également consultées "dès la semaine prochaine", précise-t-on de même source.

Mais certains enseignants s'inquiétent déjà, car le protocole sanitaire a été modifié samedi - et allégé en ce qui concerne les règles sur les fermetures de classe, quelques jours seulement après avoir été renforcé dans les premiers départements où des "mesures de freinage".

De 1 cas à 3 cas

Le 26 mars, Jean-Michel Blanquer annonçait, lors d'une conférence de presse, qu'une classe serait automatiquement fermée au premier cas de contamination de Covid-19, dans les 19 départements qui étaient alors concernés par des mesures de restrictions renforcées. La mesure s'appliquait à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée. Elle était inscrite dans la foire aux questions (FAQ) du ministère de l'Education nationale dès le 27 mars, comme en atteste cette page archivée du site internet.

Mais cette FAQ a été mise à jour le 3 et le 8 avril, a déploré le collectif d'enseignants des "Stylos rouges", jeudi, sur Twitter.

Dans les deux versions de la FAQ, l'une archivée et l'autre en ligne, un cas de Covid-19 n'entraîne plus automatiquement la fermeture d'une classe. Il en faut désormais trois, comme c'était le cas avant le 27 mars.

"Dans la circonstance où trois élèves d’une même classe (de fratries différentes) seraient positifs au SARS-CoV-2, tous les élèves de la classe seront assimilés à des contacts à risque. Une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque conformément aux prescriptions des autorités sanitaires", peut-on lire dans la dernière version de la FAQ.

Les spécificités des variants

Concernant les variants, les règles sont légèrement différentes. Pour le variant anglais, la conduite à tenir "est la même que pour le cas général". Mais la fermeture de la classe "pourra toutefois être envisagée dès le premier cas" selon sa circulation sur le territoire concerné, en concertation avec l'Agence régionale de santé correspondante.

En cas d'un élève positif au variant sud-africain ou brésilien, la classe sera automatiquement fermée. Une fermeture de la classe est également mise en œuvre dès qu'un élève est identifié comme contact à risque d'un parent, d'un membre de la fratrie ou de toute personne vivant dans le même foyer que lui contaminé par ces variants, précise la FAQ.

Quel protocole pour les enfants de personnels prioritaires?

Les services du ministère de l'Education nationale ont justifié ce changement de règles, du fait de la nationalisation des mesures de freinage, annoncées le 31 mars par Emmanuel Macron.

"Le protocole précédent prévoyait des mesures renforcées dans 19 départements. Cette distinction territoriale n'étant plus en vigueur, il n'était plus nécessaire de maintenir ces règles", a-t-on expliqué à BFMTV. "Mais cela ne préfigure pas le protocole appliqué à partir du 26", a assuré cette source.

L'accueil de 125.000 enfants de personnels prioritaires s'est fait "en tout petits groupes" et "dans cette situation la fermeture dès un cas n'était plus automatique", a-t-on encore précisé.

Clément Boutin avec Véronique Fèvre