BFMTV

Covid-19: fin des fermetures de classes dans le premier degré dès la détection d'un cas positif

Des enfants masqués en classe, à l'école primaire Petri à Dortmund en Allemagne, le 22 février 2021. (PHOTO D'ILLUSTRATION)

Des enfants masqués en classe, à l'école primaire Petri à Dortmund en Allemagne, le 22 février 2021. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Ina FASSBENDER © 2019 AFP

Jean-Michel Blanquer a annoncé que 8500 classes étaient fermées en France.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, a annoncé ce jeudi, lors de la conférence de presse gouvernementale dédiée aux nouvelles mesures visant à lutter contre la cinquième vague, l'ajustement du protocole sanitaire à l'école. Dorénavant, les classes de maternelle et primaire dans lesquelles seront détectées un cas positif ne fermeront plus automatiquement leurs portes pour une semaine, comme c'est actuellement le cas.

"L'évolution de l'épidémie concerne également les écoles, nous allons donc ajuster notre protocole pour tenir compte de cette réalité", a déclaré le ministre de l'Education nationale.

Nouvel ajustement

Le protocole de niveau 2 reste en place, mais connait un ajustement important. Il établit désormais qu'à chaque nouvelle découverte de cas dans le premier degré, tous les camarades de classe de l'élève positif devront se soumettre à un test. Ceux dont le test reviendra négatif pourront réintégrer leur classe immédiatement.

"Il n'y aura plus de fermeture systématique de classe, mais un dépistage systématique de toute la classe", a déclaré lors de la conférence de presse Jean-Michel Blanquer

Ce nouveau protocole doit rentrer en application dans le courant de la semaine prochaine, de façon différenciée selon les lieux. Il se rapproche de la logique qui prévaut actuellement dans les collèges et les lycées, où seuls les élèves cas contacts non-vaccinés doivent s'isoler une semaine. En l'espace d'une semaine, le taux d'incidence des enfants de 6 à 10 ans a été multiplié par 2,5. Avec 340 cas pour 100.000 habitants, il est bien supérieur à celui des adultes (191 pour 100.000 habitants).

Fermetures de classes en cascade

Cet ajustement du protocole sanitaire à l'école intervient alors que Jean-Michel Blanquer a annoncé ce jeudi 8500 classes fermées en France. Elles n'étaient que 4000 vendredi dernier.

Des retards dans la campagne de test chez les enfants

Avec ce nouveau protocole, la campagne de test chez les enfants est appelée à se massifier, alors que certains syndicats enseignants la jugeaient en retard dernièrement.

"Nous portons l’idée que les élèves se fassent tester deux fois par semaine, avec des tests salivaires, pour donner une vision quotidienne de l’état de la pandémie dans l’éducation nationale. Le ministre Blanquer en avait promis 600.000, la semaine dernière, seulement 140.000 ont été réalisés…", déclarait ce mercredi à BFMTV.com Guislaine David co-secrétaire générale du syndicat enseignant SNUipp-FSU.

Jean-Michel Blanquer a fait savoir que des tests pourront être effectués dans des laboratoires, mais aussi dans les écoles. De nouveaux auto-tests antigéniques, à destination des plus jeunes, devraient bientôt être disponibles, et jouer un rôle important dans le nouveau protocle annoncé. Sur le plateau de BFMTV ce jeudi, la jeune Sofia a démontré comment les utiliser.

La vaccination de enfants en question

La circulation du Covid-19 est très active chez les enfants et pour de nombreux médecins, la question de leur vaccination se pose. Si l'État français n'autorise l'injection qu'à partir de 12 ans, d'autres pays comme Israël et les Etats-Unis ont déjà sauté le pas.

Ce jeudi, le vaccin Pfizer a été approuvé pour les enfants de 5 à 11 ans par l'Agence européenne du médicament. Olivier Véran a fait savoir qu'il allait saisir le Conseil National d'Ethique sur ce point. Et que si la vaccination pour les plus jeunes venait à être autorisée en France, elle n'interviendrait pas avant le début de l'année 2022.

Jules Frésard