BFMTV

Ces bons conseils pour améliorer votre orthographe

Les Français, pas toujours très bons en orthographe.

Les Français, pas toujours très bons en orthographe. - BFMTV

Aussi belle soit elle, la langue de Molière est souvent chahutée par les Français. Les fautes d'orthographe ou de grammaire sont fréquentes. Quelques conseils pour remédier aux erreurs les plus répandues.

C'est un terrain sur lequel élèves comme parents ne s'amusent pas toujours. L'orthographe et la grammaire de notre vénérée langue de Molière peinent à être bien assimilées. Si rédiger une dictée ou un mail vous fait angoisser, pas de panique, il existe des méthodes simples pour y remédier. "Après un stage de 14 heures, on peut ne plus faire d'erreurs en ce qui concerne la conjugaison", promet même Anne-Marie Gaignard, pédagogue et auteure de "Hugo et les rois Être et Avoir".

Deux auxiliaires: l'un logique, l'autre traître

Ce conte grammatical a une méthode bien singulière pour réconcilier chacun avec le Français. Finis les auxiliaires, dans le livre, être et avoir sont des rois, et ils font la loi dans la phrase.

"Le roi Être est super sympa car il est complètement logique, il s'accorde tout le temps", schématise Valérie de Swetchin, formatrice en orthographe.

"Quant au roi Avoir, on l'appelle le traître. En fonction de s'il est placé avant ou après le complément d'objet direct (COD), il s'accorde ou il ne s'accorde pas."

Cette pédagogie plus ludique permet de faciliter la compréhension. "On va utiliser les trois types de mémorisation possibles: l'audition, la vue et puis la main", indique Anne-Marie Gaignard. "Si l'enfant a une bonne mémoire visuelle, il faut qu'il lise", conseillait Bernard Fripiat sur RMC. "S'il lit, il aura envie d'écrire, et s'il a envie d'écrire, il se posera des questions d'orthographe".

Des curiosités bien françaises

"Les cerises que j'ai mangées." Au premier regard, la phrase vous écorche les yeux. Pourtant, elle est correcte grammaticalement, le COD (les cerises) étant placé avant le verbe (manger). "Trop de gens se disent qu'avec avoir, on n'accorde jamais", déplore la pédagogue.

Toutefois, les coachs en orthographe concèdent volontiers que la langue de Molière est composée de bizarreries. "Des grands-pères, on accorde sans problème les deux mots. Mais pour 'grand-mère' au pluriel, la question se pose. Car si l'on accorde grand au pluriel, pourquoi ne pas l'appliquer également pour le genre?", s'interroge Bernard Fripiat. A cette question, le Robert répond "grands-mères" tandis que l'Académie française opte pour des "grand-mère" invariables. Le Larousse, quant à lui, ne se risque pas à trancher et reste flexible. 

Autre décision curieuse de l'Académie: "Un lave-mains, ils ont un mis un 's' à mains et ça semble logique. Mais pour essuie-main, ils ne l'ont pas ajouté. Ils ont donc perdu une main entre le lavage et l'essuyage", ironise Bernard Fripiat.

Enfin, si votre enfant souffle sa première bougie, vous fêterez avec joie "ses un an" et non pas "son un an". Une curiosité de plus qu'ont bien du mal à expliquer les experts de la langue française.

P. P. avec Antoine Pollez