BFMTV

Bois-Colombes: un lycée bloqué et des professeurs à bout de nerfs

Le lycée Albert-Camus, à Bois-Colombes, est en proie à des conflits internes.

Le lycée Albert-Camus, à Bois-Colombes, est en proie à des conflits internes. - Street View

Les emplois du temps, le manque de moyens et d'effectifs, et l'incompréhension entre professeurs et direction du lycée Albert-Camus, à Bois-Colombes, ont conduit à une impasse qui perturbe à la rentrée.

Le lycée Albert-Camus à Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine, connaît une rentrée très mouvementée. Mardi, une partie des 1.430 élèves ont bloqué l'entrée de l'établissement. Quant aux professeurs, au bord de la crise de nerfs, ils songent à déposer un préavis de grève, comme celui déposé en juillet dernier par les syndicats pour cette rentrée.

Motif? Outre un personnel en sous-effectif, les emplois du temps sont au coeur du problème, témoigne une professeur de mathématiques, jointe par BFMTV.com. "Des matières n'ont pas été programmées, des cours se chevauchent et des élèves se retrouvent à devoir choisir entre une matière obligatoire et une autre, et une même salle est attribuée à la même heure à plusieurs professeurs ayant des classes différentes... On devient fous."

Une situation "catastrophique"

Dans un document rédigé par une autre professeure de ce lycée et consulté par BFMTV.com, la situation est décrite de façon tout aussi "catastrophique". "Depuis le 1er septembre, il ne se passe pas un jour sans que des professeurs ne soient appelés chez eux pour assurer un cours non inscrit à leur emploi du temps. Et plusieurs heures sont placées en dehors de l'ouverture du lycée, le mercredi après-midi", témoigne-t-elle. 

L'inspection académique, alertée par le corps enseignant, assure suivre de très près le dossier, et a mis en place une "équipe d'appui" censée dénouer les problèmes. Mais "le rectorat et la direction nient tous les problèmes", regrette l'une des professeurs. L'inspection académique et la direction de l'établissement n'ont pas pu être jointes dans l'immédiat.

Alexandra Gonzalez