BFMTV

À quoi pourrait ressembler le programme de philosophie en 2021?

Le nouveau programme de philosophie entrera en vigueur pour le bac 2021.

Le nouveau programme de philosophie entrera en vigueur pour le bac 2021. - Martin Bureau - AFP

Le nouveau programme, qui rallonge la liste des auteurs que les professeurs pourront faire étudier à leurs élèves de 12 à 55, divise la profession.

Comme toutes les matières enseignées au lycée, la philosophie fera peau neuve pour le bac 2021, comme prévu par la grande réforme du baccalauréat général et technologique portée par le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, que les élèves actuellement en classe de seconde seront les premiers à expérimenter.

Le nouveau programme de philosophie de terminale, dévoilé le 17 mai par le le Conseil supérieur des programmes (CSP), connaîtra ainsi un grand chamboulement. En tête des transformations qui concerneront cette matière: l'élargissement de la liste d'auteurs que les professeurs pourront faire étudier à leurs élèves, qui passera de 12 à 55 penseurs... et penseuses.

Le programme de philosophie sera en effet féminisé et deviendra plus multiculturel qu'il ne l'est actuellement. Les textes et les théories de Simone de Beauvoir, Simone Weil, ou de penseurs non-occidentaux comme le Chinois Zhuangzi ou le bouddhiste Nagarjuna pourront ainsi être étudiés au même titre que ceux de Freud, Descartes, Platon ou Marx pour traiter des notions au programme.

Une "pression symbolique ou politique"?

Cet élargissement visant à rendre le programme plus actuel ne plait pourtant pas à tout le monde. Selon, le président de l'Association des professeurs de philosophie de l'enseignement Nicolas Franck, qui s'est exprimé le 16 juin dans les colonnes du Figaro, cette nouvelle liste implique d'avoir "atteint une technicité qu'un élève n'a pas en terminale":

"Ces auteurs ne seront jamais étudiés par quiconque, mais il a sans doute fallu répondre à une pression symbolique ou politique", estime le professeur.

Des notions loin de faire l'unanimité

À l'inverse, le nombre de notions qui devront être couvertes par les professeurs de philosophie en terminale passera de 29 à 21 en 2021, pour répondre aux demandes des enseignants jugeant le programme trop lourd.

Mais pour Nicolas Franck, ces notions sont encore trop nombreuses. "Nos adhérents ont déjà la sensation de survoler le programme, et comme ils ne peuvent pas le terminer, cela rabat les élèves vers les Anabac et autres fiches prédigérées", déplore-t-il.

D'autres professeurs, comme le relève Le Monde, regrettent quand à eux la disparition de la notion de "sujet" du programme.

"Répondre à la question 'Qui suis-je?' tient une place essentielle dans la discipline. Quand j’aborde 'le sujet', les visages s’éclairent, on touche à quelque chose de réel, d’intime", explique une enseignante en philosophie dans un lycée de l’Est parisien dans les pages du quotidien.

Une organisation des notions qui divise

Autant de transformations qui n'ont pas plu à l'universitaire Pierre Guenancia et à l’inspecteur général de philosophie Frank Burbage, qui avaient été chargés par le Conseil supérieur des programmes de piloter un groupe de travail sur les nouveaux programmes de philosophie, applicables dès la rentrée 2020 et le bac 2021. Le Monde rapporte que les deux experts se sont en effet alarmés que leurs propositions n'ont pas été retenues pour élaborer le nouveau programme.

Le groupe de travail avait notamment conseillé un programme structuré autour de grandes thématiques. Une proposition que le CSP n'a pas retenue, préférant classer les 21 notions par ordre alphabétique pour "n’imprimer aucune orientation doctrinale particulière ni aucune limitation arbitraire du traitement philosophique des notions", selon leur rapport, laissant ainsi au professeur la responsabilité de choisir comment traiter de chaque sujet.

Si le baccalauréat sera totalement transformé en 2021, avec notamment la suppression des filières et l'introduction de spécialités, la philosophie sera toujours enseignée à tous les élèves de terminale et fera partie des quatre matières - seulement - sur lesquelles les candidats devront plancher lors des épreuves du bac.

Juliette Mitoyen