Deux cas particulièrement graves ont conduit à des révocations, explique Najat Vallaud-Belkacem.
 

Le ministère de l'Education nationale fait le ménage dans ses rangs. Il passe au crible les casiers judiciaires des enseignants et prend les sanctions qui s'imposent, jusqu'à la révocation.

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
Votre réponse
Postez un commentaire