BFMTV

EDF-GDF : vers la suppression de l’abonnement pour alléger la facture ?

Le médiateur de l'énergie préconise la fin de l'abonnement EDF.

Le médiateur de l'énergie préconise la fin de l'abonnement EDF. - -

Supprimer l'abonnement EDF et GDF pour alléger la facture des familles les plus modestes. C'est l'idée avancée par le médiateur de l'énergie dans son dernier rapport. Les fournisseurs de l’électricité eux doutent de la vraie efficacité de la mesure.

Et si c’était bientôt la fin des abonnements EDF et GDF ? C’est en tout cas une idée qui fait son chemin après l'annonce de la Commission de régulation de l'energie d'augmenter les prix de l'électricité dès le mois de juillet, une idée rejetée par le gouvernement. Le médiateur de l’énergie s’est en tout cas saisi de la question et propose aujourd’hui cette idée : supprimer l’abonnement fixe et en contrepartie, augmenter le prix du kilowattheure afin que les foyers finalement ne payent que ce qu'ils consomment. Pour le médiateur, cette suppression permettrait de résoudre certaines inégalités. Un exemple: une personne âgée, qui consomme peu, paie le même abonnement qu'une famille nombreuse plus consommatrice. L'abonnement EDF/GDF coûte en moyenne 200 euros par foyer, quel que soit la taille de ce foyer. Un abonnement qui peut représenter la moitié de la facture énergétique de certaines familles.

Un chèque énergie pour les foyers les plus modestes

Dans son rapport, le médiateur de l'énergie remet également sur la table sa proposition d'un « chèque énergie ». L’idée étant de proposer aux un chèque aux foyers les plus modestes, selon leur revenu. Pour de nombreuses associations, ce dispositif serait plus efficace que les tarifs sociaux de l'énergie, actuellement en place. Selon le médiateur de l'énergie, aujourd'hui seuls 1,2 millions de foyers bénéficient de ces tarifs sociaux, pourtant 4 millions de familles pourraient y avoir droit.

« Un gain non négligeable et du point de vue environnementale, ça responsabilise »

Pour Denis Merville, médiateur de l'énergie, supprimer l’abonnement allégera la facture annuelle des foyers les plus modestes, cela ne fait aucun doute. « Les plus modestes, explique le médiateur, les personnes âgées, les familles monoparentales payent 400 à 500 euros dont la moitié d’abonnement. Si vous supprimer 200 à 250 euros d’abonnement et qu’il y a 200 euros de consommation et même s’il y a une hausse du prix de l’énergie de 10%, il y aura quand même 220 euros à payer. Donc ça fait un gain qui n’est pas négligeable. D’autre part, du point de vue environnemental, ça responsabilise les gens puisqu’ils payent en fonction de leur consommation réelle. Etudiant cela, ils verront alors si c’est possible ».

« Une fausse bonne idée »

Xavier Caitucoli, PDG de Direct Energie, fournisseur d'électricité, estime quant à lui que cette idée n’est pas la solution. « C’est une fausse bonne idée. Dans la pratique, cela ne peut pas fonctionner. Et cela pour deux raisons. Ca ne protégerait pas les ménages les plus fragiles. Ces ménages fragiles et précaires sont en général ceux qui ont le plus de mal à rénover leur logement et qui donc consomment le plus de kilowattheure et donc ce sont eux qui risquent d’être les plus pénalisés. De plus dans la vie, il y a des couts fixes qu’il faut couvrir et c’est pour cela qu’un consommateur ne peut pas vivre qu’avec une rémunération variable. C’est pareil pour une entreprise, elle a des coûts fixes ».

Tugdual de Dieuleveult avec C.Martelet