BFMTV

Droit des animaux: 73% des Français soutiennent l'organisation d'un référendum

Une quarantaine d'animaux seront présents aux Buttes-Chaumont vendredi.

Une quarantaine d'animaux seront présents aux Buttes-Chaumont vendredi. - Pascal Pavani - AFP

Un sondage de l’Ifop, réalisé pour le site d'information pour chiens Caniprof, montre qu’une grande majorité de Français est sensible à la cause des animaux et à leur bien-être.

La cause animale est une préoccupation importante pour une large majorité de Français. Alors que l’idée d’un référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale a émergé début juillet, 73% des Français se disent favorables à un tel vote, selon un sondage Ifop réalisé pour le site d'information pour chiens Caniprof, et révélé ce mardi par Le Parisien.

Il y a quelques semaines, les patrons Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon ont défendu cette idée afin de lutter contre la maltraitance des animaux en proposant aux citoyens six mesures phare, dont la fin de l'élevage en cage.

57% contre les spectacles avec animaux sauvages

Dans l’enquête menée par l’Ifop, les Français ont répondu à ces propositions et s’y sont révélés majoritairement favorables. Ainsi, 73% sont pour l’interdiction de l’élevage d’animaux en cage, 87% sont favorables à l’obligation de garantir aux animaux la possibilité d’un accès quotidien au plein air pour toute nouvelle exploitation d’élevage, 67% voteraient aussi pour l’interdiction de la chasse à cour et l’interdiction des élevages d’animaux à fourrure (68%).

Enfin, 57% des sondés se disent favorables à l’interdiction des spectacles avec animaux sauvages, comme dans les cirques ou les parcs aquatiques. "Le travail d'enquête des associations et des médias dans les élevages industriels et les abattoirs a beaucoup contribué à changer le regard de la population sur les animaux", note le journaliste Hugo Clément qui encourage ce vote citoyen.

"On est dans un monde où on ne peut plus vivre avec la souffrance animale. La société entière est en train de se tourner vers cette prise de conscience", remarquait début juillet auprès de l'AFP le fondateur de Meetic, Marc Simoncini.

"Ce combat n'est plus marginalisé"

Le RIP permettrait de soumettre une proposition de loi au référendum si elle était soutenue par au moins un cinquième des membres du Parlement (185 parlementaires) et 10% des personnes inscrites sur les listes électorales (soit 4,7 millions), a rappelé lors d'une conférence de presse Hugo Clément. D'après les résultats du sondage de l'IFOP, 71% des Français sont aujourd’hui prêts à signer la pétition nécessaire à la validation de la procédure de RIP.

"Les organisations de défense des animaux ont été seules pendant des années, rappelle à l’AFP Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Bardot. Ce combat n'est plus marginalisé, ni ridiculisé par les politiques. L'espoir est de se dire que les citoyens ont le pouvoir d'agir et qu'ils l'imposent aux politiques."

L'enquête de l'Ifop a été réalisée pour le site d'information pour chiens Caniprof par questionnaire auto-administré en ligne du 15 au 16 juillet 2020 auprès d'un échantillon de 1007 Français âgés de 18 ans et plus.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV