BFMTV

Drame dans le Haut-Rhin: le frère aîné avoue le meurtre de sa soeur

L'adolescent de 15 ans était entendu en garde à vue à la gendarmerie de Altkirch dans le Haut-Rhin

L'adolescent de 15 ans était entendu en garde à vue à la gendarmerie de Altkirch dans le Haut-Rhin - Sébastien Bozon - AFP

L'adolescent, en garde à vue depuis mardi soir après le meurtre de sa soeur de 11 ans à leur domicile de Moernach, a avoué être l'auteur du crime.

Le "témoin-clé" du drame qui s'est déroulé mardi soir dans un petit village d'Alsace est passé jeudi matin aux aveux. Un adolescent, en garde à vue depuis mardi soir après le meurtre de sa soeur de 11 ans à leur domicile de Moernach (Haut-Rhin) a avoué être l'auteur du crime, ont indiqué jeudi des sources proches de l'enquête.

Le jeune homme dont la garde à vue avait été prolongée mercredi soir, devait être présenté à un juge en milieu d'après-midi

L'aîné de cette fratrie, âgé de 15 ans, qui a également grièvement blessé son petit frère de 8 ans à l'arme blanche, avait dans un premier temps évoqué la présence d'un "rôdeur" lors du drame.

Doutes sur la santé mentale du frère

Mais ses déclarations, "laconiques" et "tout à fait confuses", ont mené le parquet à envisager "de prolonger cette garde à vue ce soir (mercredi), alors que l'on est toujours dans un contexte de multiples investigations scientifiques et techniques", a déclaré le procureur de Mulhouse, Dominique Alzeari, lors d'une conférence de presse.

L'incohérence des propos de l'adolescent a même conduit à "douter par moments de sa santé mentale", a-t-il ajouté. 

Une version à laquelle l'entourage du jeune homme a du mal à adhérer. Il est même connu pour sa gentillesse et sa discrétion. "Il n'est pas du tout violent. Je n'arrive pas à y croire. Ce n'est pas possible. Je sais qu'il joue aux souvent aux jeux de guerre...", témoigne un de ses amis sur BFMTV.

Une addiction aux jeux vidéo

En effet, lors de sa conférence de presse, le procureur a évoqué "une problématique d'addiction" aux jeux vidéo. Mais comment expliquer un éventuel passage à l'acte? "C’est ce qu’on appelle une bouffée délirante. On peut entendre une voix et cette voix vous pousse à faire quelque chose. C’est un acte volontaire mais on n’a pas conscience que l’on est en train de commettre cet acte-là", développait mercredi soir Sylvie de Montchenu, psychopraticienne relationnelle, sur le plateau de BFMTV.

Sous le choc, la mère de famille a été hospitalisée. Les résultats de l’autopsie du corps de la fillette devraient faire avancer l’enquête. Ils sont attendus dans la journée de jeudi.

M.G. avec Tanguy de Lanlay et Rym Bey