BFMTV

Diesel : vers un alignement des taxes avec celles de l’essence ?

Le comité pour la fiscalité écologique rend son avis ce jeudi et préconise un rééquilibrage des taxes sur le gazole

Le comité pour la fiscalité écologique rend son avis ce jeudi et préconise un rééquilibrage des taxes sur le gazole - -

Le comité pour la fiscalité écologique rend son avis sur le diesel ce jeudi et devrait préconiser d’aligner les taxes du diesel sur celles de l’essence. Paradoxalement, le diesel ne serait d’ailleurs pas si rentable pour de nombreux Français.

Faut-il tourner la page du diesel ? Le comité pour la fiscalité écologique rend son avis ce jeudi et devrait préconiser un rééquilibrage des taxes sur le gazole. Alors que le gouvernement ne souhaite pas encore alourdir les impôts, le député européen EELV Yannick Jadot (invité ce jeudi sur RMC dans Bourdin & Co), membre du comité, prône un alignement progressif de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence. En réduisant d'un côté, le prix du sans-plomb de 3 centimes le litre la première année ; et en augmentant de l’autre pendant 4 ans le litre du gazole de 3 centimes d'euros. Or, 70% des nouvelles immatriculations sont des diesels. Alors pour mettre fin à la suprématie du diesel en France, le député milite pour une « prime à la conversion » qui ne serait pas une « prime à la casse », jugée coûteuse et pénalisante pour les constructeurs français. La fiscalité préférentielle accordée au diesel par rapport à l'essence coûte près de 7 milliards d'euros à la France chaque année.

« Pour rentabiliser un véhicule diesel, il faut énormément rouler »

Actuellement, 60% du parc automobile français est équipé en diesel, un record mondial. « Pour rentabiliser un véhicule diesel, il faut énormément rouler, au-delà de 20 000 kilomètres, et les deux tiers des Français ne le font pas », constate pourtant Nicolas Mouchnino, chargé de missions énergie/environnement à l'UFC Que Choisir. L’utilisateur doit faire attention, comparer, regarder, et prendre en compte l’ensemble des coûts : l’entretien, l’assurance. Et c’est problématique, car l’utilisateur, lorsqu’il achète son véhicule, n’a pas forcément ces informations-là ».

Mathias Chaillot avec Pauline Baduel