BFMTV

Deux hommes mis en examen pour avoir laissé mourir de froid leur ami

Deux hommes ont été mis en examen après avoir laissé mourir de froid l'un de leurs amis, au cours d'une soirée arrosée en Seine-Saint-Denis. (Photo d'illustration)

Deux hommes ont été mis en examen après avoir laissé mourir de froid l'un de leurs amis, au cours d'une soirée arrosée en Seine-Saint-Denis. (Photo d'illustration) - AFP

Deux hommes ont été mis en examen après avoir porté le corps de leur ami nu dans la cour d'un immeuble à Gagny, en Seine-Saint-Denis. Le corps de ce dernier avait été retrouvé le lendemain.

Après l'avoir dénudé, ils avaient mis leur copain, ivre, dans la cour de leur immeuble par grand froid: deux hommes ont été mis en examen pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger, a indiqué ce lundi à l'AFP le parquet de Bobigny.

Le cadavre dénudé de la victime, âgée de 35 ans, avait été découvert au petit matin, dimanche 27 novembre, dans la cour d'un immeuble à Gagny (Seine-Saint-Denis). La veille au soir, ils sont cinq "connaissances", âgées d'une trentaine d'années, réunies dans l'appartement de l'un d'entre eux. 

Selon le récit fait par les participants aux enquêteurs, "la victime, qui avait bu plus que les autres, a brutalement sombré dans un sommeil profond ou un état d'inconscience", a relaté à l'AFP une source judiciaire.

Les suspects ont porté leur ami nu dehors, "gênés par ses ronflements"

Les quatre hommes décident alors de le dénuder "pour ne pas qu'il puisse prendre sa voiture et partir", expliquant "avoir l'habitude" de recourir à ce procédé après que l'un d'entre eux a eu un accident en rentrant d'une soirée trop arrosée. Ils lui font aussi des dessins sur le visage, "pour s'amuser", selon cette même source.

Deux des convives, placés sous statut de témoin assisté, quittent alors la "fête". Les deux qui restent, "gênés par la présence et les ronflements de la victime, qui se trouve au milieu du salon, décident alors de le porter dehors", dans la cour de l'immeuble. 

Mis en examen, ils ont été laissés libres sous contrôle judiciaire. L'autopsie n'a pour l'instant pas permis d'établir les cause de la mort.

A.Mi avec AFP