BFMTV

Déconfinement: la métropole de Lyon veut lancer un plan "zéro retour à la rue" pour les sans-abri

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Philippe Desmazes - AFP

Ce plan vise à créer 1500 places pour loger des sans-abri actuellement hébergés, mais qui pourraient se retrouver à la rue avec le déconfinement.

La métropole de Lyon a présenté ce mardi les esquisses d'un plan "zéro retour à la rue", visant à créer 1.500 places pour loger des sans-abri actuellement hébergés, mais qui pourraient se retrouver de nouveau à la rue lors du déconfinement.

"On est sur une urgence sanitaire, donc ça me paraît impensable aujourd'hui, pour des raisons sanitaires et humanitaires, de remettre à la rue celles et ceux qu'on a retirés de la rue" pendant le confinement, a déclaré à la presse David Kimelfeld, président de la métropole.

Les 1.500 places doivent être créées "dans les prochaines semaines", a-t-il insisté, lors de la présentation d'un rapport intermédiaire détaillant une cinquantaine de mesures envisagées par la métropole pour le déconfinement.

"Il faut trouver des logements"

Pendant le confinement, pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus, des sans-abri ont été logés en urgence dans des locaux exceptionnellement mis à disposition: un campus Veolia, un centre d'apprentissage, un hôtel dans le cœur de Lyon... Mais le déconfinement, accompagné d'une certaine reprise des activités, laisse les personnes hébergées "sans solution", selon David Kimelfeld.

"Au milieu de ces 1.500 personnes, on sait qu'il y a des personnes avec des droits au logement à activer, simplement il faut trouver des logements", a-t-il encore souligné.

Vers un plan co-piloté par l'État ?

Comment ? Le rapport préconise un plan co-piloté par l'État, "chef de file en matière d'hébergement", et la métropole de Lyon "cheffe de file en matière de logement" avec l'appui "de financeurs privés prêts à se mobiliser". David Kimelfeld a précisé être déjà "en discussion" avec le préfet du Rhône.

Le rapport suggère également la "création d'un fonds entre l'État et la métropole pour l'hébergement et l’accompagnement d'urgence des personnes sans-droits".

Par ailleurs, le président de la métropole a souligné "militer" pour une nouvelle prolongation de la trêve hivernale, qui exclut toute expulsion locative.

F.B. avec AFP