BFMTV

Crues: à Paris, la Seine monte et les autorités recommandent la vigilance

Des péniches naviguant sur la Seine, le 31 mai 2016, à la suite des fortes pluies s'étant abattues sur Paris et dans toute la France.

Des péniches naviguant sur la Seine, le 31 mai 2016, à la suite des fortes pluies s'étant abattues sur Paris et dans toute la France. - JOEL SAGET / AFP

Le week-end prochain, la Seine pourrait atteindre un pic à Paris, entre 5,10 et 5,70 mètres, une situation qui "n'entraîne pas de dommages significatifs mais nécessite une vigilance particulière", a prévenu ce mercredi la mairie de Paris sur son site.

Face aux risques de crues, Paris est aux aguets. Mercredi en début d'après-midi, le niveau des eaux était de 4,32 m, et le zouave du pont de l'Alma, célèbre statue qui sert de repère aux Parisiens, avait les pieds dans l'eau.

Si l'image n'est pas nouvelle, c'est la période qui surprend: les précédentes crues parisiennes ont en effet eu lieu en hiver ou à la fin de l'hiver, et non pas au mois de juin. En fin de semaine, la Seine pourrait d’ailleurs atteindre un pic compris entre 5,10 et 5,70 mètres dans la capitale. D’après la mairie de Paris, si ce phénomène n’est pas censé causer de dégâts outre-mesure, les autorités insistent sur le fait qu’il faudra être vigilant.

Loin d’être comparable à la crue de 1910

Pour trouver trace d’une crue où la Seine avait atteint les 5,21 m, il faut remonter à mars 2001. A cette époque le fleuve, "à l'échelle d'Austerlitz", avait effectivement culminé au-dessus des 5,20 m, mettant les mollets du zouave dans l’eau. Et on est encore loin de la célèbre crue de 1910, quand il avait de l'eau jusqu'aux épaules (8,62 m), ou même de 1982, quand la Seine atteignait ses cuisses (6,18 m).

Le niveau de vigilance jaune a cependant été activé mardi à Paris, ce qui signifie qu'il y a un "risque de crue ou de montée rapide des eaux n'entraînant pas de dommages significatifs mais nécessitant une vigilance particulière dans le cas d'activités saisonnières et ou exposées", selon la mairie.

Fermeture de voies en cascade

En application du plan "inondation des voies sur berge", la circulation a été coupée sur la rive droite sur la voie Georges-Pompidou, du souterrain des Tuileries à la sortie du souterrain Henri IV, et entre le Pont du Garigliano et le Pont de Bir-Hakeim. La voie sur berge piétonne entre le Pont Royal et le Pont de l'Alma a été fermée sur la rive gauche.

Ce mercredi en début d'après-midi, la voie d'évitement Valhubert a également été fermée. La Brigade fluviale poursuit ses maraudes et contacte les bateaux amarrés, les transporteurs et les péniches d'habitation pour vérification, a précisé la préfecture de police.

"Comme une baignoire"

"Je pense qu'on ne reviendra pas à une situation de navigation avant mercredi prochain" a déclaré Christophe Bogaert, responsable opérationnel de la compagnie des Batobus. "La navigation est arrêtée parce qu'on a pris 1,20 m en 24 heures. Donc c'est exceptionnel cette montée des eaux et, avec la Seine aval qui va se gorger d'eau, l'écoulement, ça fait un peu comme une baignoire: si on bouche l'évacuation de la baignoire, l'écoulement est plus long. C'est ce qu'il risque de se passer", a-t-il expliqué. Les autorités recommandent d’ailleurs expressément de "ne pas aller à pied ou en voiture dans une zone inondée".

A.M avec AFP