BFMTV

Creuse: les parents du petit Loan mis en examen et écroués

Un important dispositif avait été mis en place pour retrouver le nourrisson avant les aveux des parents (photo d'illustration).

Un important dispositif avait été mis en place pour retrouver le nourrisson avant les aveux des parents (photo d'illustration). - Philippe Desmazes - AFP

Le père et la mère du bébé avaient voulu faire croire à un enlèvement avant de finalement passer aux aveux dimanche, reconnaissant des "violences" et le meurtre du petit Loan.

Le père du petit Loan, tué puis enterré en bordure d'un étang dans la Creuse, a été mis en examen ce lundi par le juge d'instruction de Limoges pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" avec la circonstance aggravante qu'elles ont été commises sur mineur par un ascendant ayant autorité. Le père de famille a été immédiatement écroué en dehors de la région.

Le père assume les violences

Un peu plus tard dans la soirée, la mère de l'enfant a été mise en examen, à son tour, pour "non-assistance à personne en danger", "recel de cadavre" et pour "dénonciation d'un crime imaginaire". La jeune femme a également été écrouée tant "pour les faits reprochés" que pour "sa propre protection", a indiqué le vice-procureur de Limoges, Bruno Robinet, qui n'a pas précisé le lieu de sa détention.

En fin d'après-midi, le magistrat avait indiqué que le nouveau-né était décédé de "multiples coups" portés par son père. Un peu plus tard, selon nos informations, le père assumait devant le juge la totalité des violences.

Par ailleurs le père et la mère "ont élaboré de manière concertée un véritable scenario, voire une mise en scène" après le décès de l'enfant. Bref, "une démarche assez construite", a-t-il détaillé ce lundi soir sur le plateau de BFMTV. "Nous sommes en présence d'un couple relativement démuni", a-t-il toutefois nuancé.

Dans l'attente des résultats de l'autopsie

Âgés respectivement de 31 et 24 ans, le père et la mère avaient voulu faire croire à un enlèvement avant de finalement passer aux aveux dimanche, reconnaissant des "violences" et le meurtre du petit Loan.

Ils ont conduit les enquêteurs de la gendarmerie jusqu'au lieu où a été enterré le corps du nourrisson, non loin d'un étang, sur la commune de Saint-Sulpice-les-Champs (Creuse), à une quinzaine de kilomètres de leur domicile.

Parallèlement, l'autopsie du nourrisson sera pratiquée dans la même ville, avec des premiers résultats attendus mardi afin de déterminer l'enchaînement des blessures et de détecter d'éventuelles traces de violences plus anciennes. "Nous pensons que les faits ont été commis entre le 20 et le 21 août", a ajouté le procureur Bruno Robinet. Mais avant les conclusions définitives de l'expertise médico-légale, ce n'est qu'une hypothèse.

S.A. et C. P.