BFMTV

Couvre-feu: Gabriel Attal assure qu'"il y aura un délai d'adaptation et de pédagogie"

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 28 septembre 2020 à Paris

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, le 28 septembre 2020 à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Selon le porte-parole du gouvernement, les amendes liées à la violation du couvre-feu ne devraient pas être dressées immédiatement.

Invité ce jeudi matin sur l'antenne de FranceInfo au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a apporté quelques précisions sur le couvre-feu à venir. S'il a confirmé que ce dernier commencerait "à partir de vendredi soir, minuit", il a également estimé qu'il fallait faire preuve "de bon sens" en ce qui concerne les sanctions.

"Du bon sens"

Pour lui, "il y aura un délai d'adaptation et de pédagogie", comme "à chaque fois qu'on a mis en place des nouvelles règles." 

"Les détails seront donnés tout à l’heure. Pour ce qui est de promener son chien ou le jogging, c’est du bon sens, pendant le confinement on pouvait le faire rapidement, il faut être pragmatique. Ce qu’on vise, ce sont les rassemblements privés", explique-t-il.

Vers des sanctions plus lourdes pour les organisateurs de soirées?

En ce qui concerne le contrôle du bon respect du couvre-feu, Gabriel Attal assure qu'il faut "parier sur la responsabilité collective." Toutefois, des sanctions seront bel et bien prises, par la police nationale et municipale, "en partenariat avec les collectivités locales."

Pour autant, le gouvernement souhaite frapper plus durement les organisateurs de soirées privées.

"Ce qu'on vise avec ce couvre-feu, c'est les rassemblements privés, parfois festifs, qui sont aujourd'hui une source importante, si ce n'est majeure, de contamination", a insisté le secrétaire d'Etat.

"On a des sanctions, une amende, mais on considère qu'elle n'est pas assez élevée. Il faut augmenter les sanctions et ça peut être très dissuasif. Au Royaume-Uni ça monte à 10.000 euros", conclut le porte-parole du gouvernement. 
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV