BFMTV

Confinement: dans les Hauts-de-France, 80% des chantiers sont à l'arrêt

Photo d'illustration

Photo d'illustration - GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le secteur du BTP fait partie des plus impactés de la région par le confinement. Les professionnels s'inquiètent pour le sort de leurs entreprises au sortir de cette période.

Certains secteurs économiques sont plus impactés que d'autres par le confinement, à l'instar du BTP. Dans les Hauts-de-France, 80% des entreprises de la région n'ont plus aucun chantier en activité depuis le confinement. Le même pourcentage d'entre elles ont déclaré avoir temporairement fermé en raison des mesures gouvernementales en vigueur, selon les données de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la région. Conséquence, un grand nombre de salariés du secteur sont au chômage technique.

"Environ 2000 à 3000 personnes travaillent sur les travaux publics dans la région", détaille au micro de BFM Grand Lille et Grand Littoral Bernard Duhamel, président de la fédération régionale des travaux publics Hauts de France. Habituellement, nous avons 25.000 à 30.000 personnes."

Des entreprises en attente de consignes sanitaires

Comment, en effet, respecter les 1,50 mètres de distanciation sur un échafaudage? Comment ne pas être trop nombreux dans un bungalow de chantier? Autant de questions sur lesquelles les entreprises nordistes de BTP attendent les consignes de sécurité du gouvernement avant de pouvoir reprendre leur activité.

"Les entreprises sont en attente d'une position très claire sur les consignes sanitaires à appliquer sur les chantiers, tout ensachant que ces consignes vont occasionner une perte de productivité énorme", précise Bernard Duhamel.

Le président de la fédération régionale des travaux publics craint en effet une reprise d'activité "avec des mesures sanitaires très strictes, qui font considérablement baisser nos cadences". Selon lui, cela aurait "des conséquences très dommageables" pour les entreprises du BTP dans les Hauts-de-France.

Vers des licenciements et des dépôts de bilan?

D'autant que la fin du confinement ne sera pas forcément synonyme de reprise immédiate des chantiers dans la région. Au sortir de cette période exceptionnelle, les entreprises risquent en effet de faire face à des souci d'approvisionnement de matériaux.

Selon l'enquête de la Chambre de Commerce et d'Industrie, face à cette crise, 39% des entreprises du BTP de la région envisagent potentiellement de licencier des employés si le confinement dure trop longtemps. Par ailleurs, 32% d'entre elles avouent être dans le flou et ne pas savoir si elles vont ou non déposer le bilan une fois cette période terminée.

Juliette Mitoyen