BFMTV

Code du travail: la radicalisation, un motif de révocation ?

Une semaine après l'attaque terroriste de la préfecture de police de Paris, les zones d'ombres demeurent. L'enjeu principal des investigations consiste à établir si l'assaillant a bénéficié ou non de complicité. Devant la commission des lois du Sénat, Christophe Castaner a dit vouloir "lancer un débat" sur le motif de radicalisation, qui pourrait devenir un motif de révocation pour les fonctionnaires.

Sur le même sujet