BFMTV

Cinq conseils pour un repas de Noël festif et léger

Les solutions existent pour profiter à plein de ses repas de Noël... sans déchanter une fois sur la balance. Un nutritionniste livre ses conseils.

Du foie gras, du chapon, des tournedos, des verrines diverses et variées…les tables présentent souvent leur plus beau visage à Noël. Difficile de se priver mais malheureusement il n’est pas rare de regretter, peu de temps après, ses écarts alimentaires, en se penchant sur sa balance. La question se pose donc avec acuité: à Noël, entre plaisir et raison, abondance et poids de forme, faut-il choisir? Que tout le monde se rassure, la réponse est non. Mais il est bon de connaître quelques trucs pour traverser Noël sans excès mais sans rien céder non plus sur les festivités.

Attention à ne pas jeter toutes ses forces dans l'apéritif

BFMTV a ainsi envoyé une de ses équipes rencontrer un nutritionniste à Paris. Le médecin, Jean Khémis, a donc délivré cinq précieux conseils pour s’en tirer à bon compte. Tout d’abord, en entrée, il est bon de préférer "les crustacés et les verrines de crudités à la place du foie gras". Arrive déjà le plat de résistance. Si du gibier ou une volaille (comme la traditionnelle dinde, par exemple) gît dans l’assiette, bonne nouvelle pour les inquiets du pèse-personne! En effet, "ce sont des viandes relativement maigres", précise le nutritionniste.

Pas besoin non plus de renoncer à la bûche en dessert mais il faut cependant ne pas choisir au hasard: "Une bûche glacée, c’est deux fois moins riche qu’une bûche pâtissière", calcule Jean Khémis. Le médecin rappelle qu’il faut garder une idée en tête tout au long des fêtes: éviter les débordements alimentaires. Enfin, il y a une dernière erreur à ne pas commettre: ne pas sauter de repas pour préserver son appétit avant le grand rendez-vous…car on risque surtout de jeter toutes ses forces dans l’apéritif.

R.V.