BFMTV
Société

Changement climatique: bientôt la fin du muguet le 1er-Mai?

Un brin de muguet à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, près de Nantes, en avril 2021

Un brin de muguet à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, près de Nantes, en avril 2021 - Sébastien Salom-Gomis - AFP

Cette année, le muguet a été précoce et récolté avec une semaine d'avance. Avec le réchauffement climatique, le brin de muguet du 1er-Mai est en péril.

C'est une tradition française. Chaque 1er-Mai, on s'offre un brin de muguet. Mais c'est une tradition qui pourrait disparaître avec le changement climatique. Car avec la hausse des températures, le muguet est de plus en plus précoce. À tel point qu'il fleurit parfois bien plus tôt - de plusieurs jours à une dizaine de jours d'avance - imposant la conservation des brins en chambre froide.

Des floraisons précoces

Cette année, le muguet a fleuri une semaine plus tôt que prévu en Loire-Atlantique, comme l'indique France Bleu. "Habituellement, la récolte commence autour du 18 avril", explique à BFMTV.com Clara Strach, conseillère technique en production de légumes frais et muguet au Comité départemental de développement maraîcher de Loire-Atlantique. "Cette année, elle a commencé le 11 avril."

En 2011 - une année historique pour le muguet - les producteurs nantais qui représentent près de 80% de la production française avaient ainsi dû jeter entre 20 et 50% de leur cueillette en raison d'une floraison particulièrement précoce. Ils se sont depuis massivement équipés en matériel de réfrigération.

"Il y a des années plus précoces que d'autres, confie encore Clara Strach. C'est la loterie."

Des variations de températures

Le plus difficile pour les producteurs: gérer les variations de températures, parfois importantes, en un temps très court. "Cette saison, on a eu des week-ends au mois de mars particulièrement chauds, avec 20 ou 21°C, un temps presque estival inhabituel en cette période de l'année", remarque Clara Strach. Ce qui a favorisé la croissance du muguet. Puis la vague de froid qui a suivi au début du mois d'avril a ralenti son développement.

"Sans ces températures négatives, on aurait peut-être eu un muguet encore plus précoce", observe cette représentante du Comité départemental de développement maraîcher de Loire-Atlantique.

Selon la technique employée - en champs avec châssis ou arceaux en plastique pour le muguet vendu coupé ou encore sous serres pour le muguet en pot - la cueillette peut être décalée de plusieurs jours pour deux producteurs pourtant voisins. "Le développement du muguet dépend beaucoup de ces différentes techniques", poursuit Clara Strach. "Mais évidemment, l'aspect climatique n'est pas négligeable."

"Ça devient de plus en plus difficile"

Pour Valentin Brossard, horticulteur à Ollainville qui produit notamment du muguet, si les serres permettent de mieux se prémunir des aléas climatiques et de maîtriser le calendrier de floraison, ce n'est pas le cas pour le muguet qui pousse en extérieur. "Les années chaudes, ça devient de plus en plus difficile de conserver le muguet coupé en bon état jusqu'au 1er mai, surtout si la floraison est très précoce", témoigne-t-il pour BFMTV.com.

Avec la hausse des températures, des hivers plus doux et des printemps parfois estivaux, le calendrier de floraison est de plus en plus difficile à tenir. Aura-t-on toujours du muguet pour le 1er mai? Difficile à prédire.

"Nous avons toujours les mêmes volumes qui sont produits mais avec moins de producteurs", indique Clara Strach. "Entre les aléas climatiques, les difficultés à connaître avec précision la date de la cueillette et de mobiliser du personnel en urgence, sans que cela n'impacte les autres cultures, certains y renoncent. À moins de décaler la date du 1er mai!"

https://twitter.com/chussonnois Céline Hussonnois-Alaya Journaliste BFMTV