BFMTV

Chanel ou le songe d'une nuit d'hiver

La femme Chanel de l'hiver prochain, présentée à Paris mardi, joue la carte de l'androgynie avec des pièces sombres. Largement dominée par le noir, la collection pensée par Karl Lagerfeld poursuit le processus de rajeunissement de la marque avec un vestia

La femme Chanel de l'hiver prochain, présentée à Paris mardi, joue la carte de l'androgynie avec des pièces sombres. Largement dominée par le noir, la collection pensée par Karl Lagerfeld poursuit le processus de rajeunissement de la marque avec un vestia - -

par Mathilde Gardin PARIS (Reuters) - La femme Chanel de l'hiver prochain, présentée à Paris mardi à l'avant-dernier jour de la semaine du...

par Mathilde Gardin

PARIS (Reuters) - La femme Chanel de l'hiver prochain, présentée à Paris mardi à l'avant-dernier jour de la semaine du prêt-à-porter, joue la carte de l'androgynie avec des pièces sombres.

Après le jardin à la française de la saison dernière, Karl Lagerfeld avait installé sous la verrière du Grand Palais un décor onirique de forêt brumeuse, comme dévastée par un incendie.

"Il fallait un peu d'épure après ce déferlement de couleurs", a déclaré Karl Lagerfeld à la presse après le défilé. "C'est très chic tout ce noir."

Largement dominée donc par le noir, la palette des couleurs fait écho au gris anthracite du charbon brûlé, au vert de la mousse et au marron clair des écorces. Un bordeaux très tendance l'hiver prochain s'échappe parfois sur une veste en tweed.

Karl Lagerfeld poursuit le processus de rajeunissement de la marque avec un vestiaire emprunté à l'homme: le pantalon, la combinaison et la veste de costume.

"Le côté garçon ne fait jamais bourge. Coco Chanel était l'antibourge elle-même, tous les trucs typiquement Chanel, elle les a pris aux hommes", a expliqué le couturier allemand, directeur artistique de Chanel depuis 1983.

GARÇON MANQUÉ

Sur le podium en bois, se succèdent pantalons larges retroussés et slims portés avec des minijupes. Ces silhouettes vont de pair avec des godillots plats ou des escarpins à petit talon.

La veste d'homme sur laquelle on a greffé une courte veste en tweed s'impose comme la pièce phare de la collection, notamment décliné en noir et tweed vert.

Ce côté garçon manqué a beaucoup plu à Virginie Ledoyen. "On n'est jamais aussi féminine que quand on est habillée en garçon", a confié l'actrice française.

Les robes du soir s'allongent et misent sur le contraste noir-blanc et le mélange des matières. Les discrets imprimés figurent des feuilles d'arbres et les volumes, notamment sur les épaules d'une robe, sont des mille-feuilles.

Le tailleur version soir est noir matelassé et les combinaisons baggys fondent alors dans la dentelle. La Danoise Freja Beha, mannequin vedette du couturier allemand, portait à son dernier passage une combinaison de dentelle aux revers et au col en cuir.

Comme à l'accoutumée, quelques modèles hommes se sont joints au défilé. Baptiste Giabiconi, autre mannequin fétiche de Karl Lagerfeld, portait notamment une combinaison de pompiste gris délavé.

Édité par Gilles Trequesser