BFMTV

Centre de vaccination dégradé près de Toulouse: la maire de la ville dénonce la destruction de 500 doses de vaccin

Le centre de vaccination dégradé a rapidement été remis en état de marche et les vaccinations devraient reprendre dès ce mercredi.

L'heure est encore à la colère en Haute-Garonne. Au lendemain de la dégradation d'un centre de vaccination dans la commune de Saint-Orens-de-Gameville, située à quelques kilomètres de Toulouse, durant laquelle 500 doses de vaccin ont été détruites, la maire Dominique Faure a fait part de son indignation au micro de BFMTV.

Dans un premier temps, cette dernière a énuméré les différentes dégradations dont le centre a été victime.

"Nous avons constaté que plusieurs personnes étaient entrées par effraction, des chaises et des tables ont été cassées, des ordinateurs ont aussi été cassés et 548 flacons jonchaient le sol, ils n'ont pas été volés mais sortis du réfrigérateur, nous n'avons pas pu les utiliser", explique-t-elle, faisant part de sa "consternation."

Une enquête a été confiée par la police judiciaire à la brigade de gendarmerie de Villefranche-de-Laurageais, et les forces de l'ordre auraient "de bonnes pistes" grâce aux caméras de surveillance installées à proximité.

Le centre déjà remis en état

Malgré cet acte, la vaccination va se poursuivre normalement dans la commune. "En une journée, les équipes ont rétabli les lieux, retrouvé les données, des ordinateurs, et ce matin rouvert le centre de vaccination pour continuer les 500 à 700 vaccinations quotidiennes", ajoute l'élue, qui assure que la commune a reçu 350 nouvelles doses ce mercredi.

"Les garanties de l’ARS sont totales, on a désormais des vigiles le jour et la nuit et l'ARS va livrer 300 nouvelles doses."

Pour autant, Dominique Faure ne souhaite pas jeter l'opprobre sur de potentiels suspects.

"On ne peut pas se substituer à l’enquête, ni dire que ce sont des anti-vax qui ont fracturé cette porte. Cette violence est inacceptable, rien ne justifie cela, on ne va pas trop vite à la conclusion", termine-t-elle.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV