BFMTV

CARTES. Le printemps 2020 a-t-il été exceptionnellement chaud et ensoleillé dans votre région?

fb4/33110c08deed9f87efa93b6881392

fb4/33110c08deed9f87efa93b6881392 - -

Les températures et l'ensoleillement exceptionnels sur la moitié nord de la France sont responsables des records du printemps 2020.

L'hiver 2019 avait déjà atteint des records de douceur. Le printemps 2020 est du même acabit. A Brest par exemple, il n'avait jamais été aussi ensoleillé. Et la capitale du Finistère n'a pas été la seule ville gâtée cette saison, comme le résumait ce lundi sur BFMTV Etienne Kapikan, prévisionniste à Météo-France.

"Le printemps a été exceptionnellement ensoleillé mais pas sur toute la France, cela concerne surtout les régions de la moitié nord. Des records ont par exemple été battus en Alsace, en Lorraine, en Bretagne..."

Avec 809 heures d'ensoleillement contre un peu plus de 500 habituellement, la station du Touquet est ainsi devenue la plus ensoleillée de France, battant les stations méditerranéennes, habituellement en tête lors des mois de mars, avril et mai - considérés comme le printemps météorologique.

La carte de l'ensoleillement lors du printemps 2020

La carte ci-dessous recense le nombre total d'heures d'ensoleillement enregistrées par Météo-France lors de ce printemps 2020. Cliquez sur la station qui vous intéresse ou écrivez un nom de ville dans le moteur de recherche situé juste en dessous pour plus d'informations.

Au-delà de cet ensoleillement exceptionnel, il s'agit également du deuxième printemps le plus chaud jamais enregistré dans le pays, derrière le printemps 2011, selon un bilan provisoire établi par Météo France:

"Après un mois de mars conforme à la saison, avril et mai ont été particulièrement doux, se classant parmi les mois d'avril et mai les plus chauds depuis 1900 (...) La température moyenne sur la France et sur la saison devrait être supérieure à la normale de près de 1,7°C."

La carte des températures du printemps 2020

Les écarts de températures ne sont pas uniformes sur l'ensemble du territoire comme le montre la carte ci-dessous, là encore réalisée à partir des données relévées Météo-France. Ainsi à Brest, il a fait trois degrés de plus que lors d'un printemps ordinaire (16,6° contre 13,6° d'habitude).

Cliquez sur la station qui vous intéresse ou écrivez un nom de ville dans le moteur de recherche situé juste en dessous pour plus d'informations.

"Depuis juin 2019, la France connaît une succession de mois chauds, voire très chauds", avec deux vagues caniculaires en juin et juillet d'une intensité exceptionnelle, rappelle Météo France. Avec le réchauffement climatique, les vagues de chaleur pourraient être deux fois plus nombreuses d'ici 2050, prévoit l'institution.

Louis Tanca avec AFP