BFMTV

Calais: un lycéen casse la mâchoire de son professeur en classe

Un professeur d'un lycée professionnel a été violemment agressé ce vendredi par un élève. Sa mâchoire a été brisée.

Un élève de terminale d'un lycée professionnel de Calais a cassé la mâchoire et plusieurs dents de son professeur ce vendredi lors d'une altercation, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Le professeur d'électrotechnique du lycée Coubertin à Calais demandait une ultime fois à deux élèves de se mettre au travail lorsque ceux-ci l'ont coincé dans un angle avec des armoires, rapporte la secrétaire académique du syndicat de l'enseignement professionnel Action et Démocratie CFE-CGC, confirmant une information du quotidien Nord-Littoral.

Le parquet de Boulogne-sur-Mer souhaite se saisir de l'affaire

Le professeur a été immédiatement emmené à l'hôpital de Calais, avant d'être transféré au service ORL d'un hôpital de Boulogne-sur-Mer, où il a été opéré de la mâchoire lundi. "Il s'agit d'une altercation entre le professeur et un élève. Une enquête est en cours, menée par les autorités académiques, nous en saurons plus à son issue", a confirmé le rectorat de l'académie de Lille, sans plus de précisions.

Les services de police n'ont pas enregistré de plainte, mais des agents ont été envoyés ce mardi au chevet du professeur pour l'entendre, a indiqué le parquet de Boulogne-sur-Mer, qui a dit son intention de se saisir de l'affaire.

L'élève a été exclu de l'établissement à "titre conservatoire"

L'élève a été exclu à titre conservatoire, en attendant son passage en conseil de discipline. La syndicaliste demande son exclusion définitive car un changement d'établissement "permet à un élève de réfléchir et de mûrir, de redémarrer sur une page vierge".

Ce lundi, la proviseure d'un lycée de Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis, a été frappée à la grille de son établissement, sur lequel plusieurs cocktails Molotov ont été lancés par des jeunes qui s'en sont également pris aux forces de l'ordre. C'était le troisième épisode de violences qui se produisait aux abords de cet établissement.

A.Mi avec AFP