BFMTV

Budget participatif: les 5 idées les plus folles des Parisiens

Un Parisien propose de supprimer un étage de la Tour Montparnasse avant de la déconstruire petit à petit.

Un Parisien propose de supprimer un étage de la Tour Montparnasse avant de la déconstruire petit à petit. - Joël Saget - AFP

Jusqu'au 21 février, les Parisiens sont invités par la mairie de Paris à proposer des idées de projets, dans le cadre de son budget participatif. Si de nombreuses idées touchent au quotidien des Parisiens, certaines sont plus loufoques et ne manquent pas de faire sourire.

Davantage de zones piétonnes, des installations sportives dans la rue, des espaces végétalisés... les Parisiens sont demandeurs de projets améliorant leur quotidien. Depuis janvier dernier, plus de 800 projets ont été déposés par des habitants de la capitale dans le cadre du budget participatif de la ville de Paris, qui mettra en oeuvre certaines de ces propositions.

L'an dernier, 219 avaient été retenus avec une dizaine d'idées mises en place dès cette année. Des idées qui doivent relever de l'intérêt général et de la compétence de la Ville. Mais cette année, certains Parisiens se sont un peu égarés, proposant des idées un peu décalées ou tout simplement impossibles à réaliser. 

>Réduire la Tour Montparnasse d'un étage

Partant du constat que la Tour Montparnasse est l'un "des immeubles les plus laids de Paris", un Parisien propose sur la plateforme du budget participatif de réduire la célèbre tour d'un étage. "Le rhabillage lumineux de 2012 n'a pas réussi à la rendre aimable, mais plutôt à confirmer sa laideur", argumente l'auteur.

Conscient que la "destruction et un remplacement de cette tour" épuiseraient l'enveloppe du budget participatif (100 millions d'euros cette année) ce Parisien estime qu'enlever un étage à la tour, "semble un objectif raisonnable". Mais cet étage en moins ne serait qu'une invitation "à continuer année après année jusqu'à ce que la tour se fonde dans le paysage". Au delà de la "boutade", l'auteur explique vouloir évoquer le problème de l'horizon parisien.

>Des voitures à pédales dans Paris

Depuis deux ans, la mairie de Paris a mis en place une journée sans voitures dans Paris intra-muros. Un événement qui suit la politique de la ville qui lutte contre le tout-voiture dans la capitale. Mais pour un Parisien, il faut aller encore plus loin et tout simplement bannir la voiture à Paris.

Si cette idée pourrait séduire certains Parisiens en quête d'air plus pur, la solution proposée pour les remplacer est pour le moins insolite. L'auteur de cette proposition propose en effet d'avoir recours à des voitures à pédales ou plus classiquement au vélo. "Tout le monde veut faire plus de sport, donc c'est un moyen de se déplacer sans polluer", argumente-t-il. 

>Transformer les cabines téléphoniques en aquarium

Les cabines téléphoniques se font de plus en plus rares à Paris et en France en général. Elles sont même vouées à disparaître depuis qu'un amendement de la loi Macron a supprimé l'obligation pour l'opérateur téléphonique de maintenir les cabines téléphoniques sur le domaine public au nom du "service universel".

Alors qu'elles sont par ailleurs de moins en moins utilisées avec le développement de la téléphonie mobile, un Parisien suggère "que les dernières cabines téléphoniques soient transformées en aquarium". Si l'idée peut paraître fantasque elle n'est toutefois pas irréalisable. L'été dernier dans le cadre de Voyage à Nantes, un événement culturel autour de l'art une cabine téléphonique avait été transformée en aquarium, comme le rapportait alors Ouest-France. Elle avait toutefois due être démontée en raison de fuites.

>Raser le Sacré-Coeur

C'est sans doute l'idée la plus radicale et qui priverait Paris de l'un de ses monuments emblématiques. Une proposition réclame tout bonnement la destruction de la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre. "Le projet consiste en la démolition totale de la basilique lors d'une grande fête populaire", écrit l'auteur qui compare l'église à une "verrue versaillaise".

La proposition est justifiée par le fait que le Sacré-Coeur serait une "insulte à la mémoire de la Commune de Paris". Le monument est encore aujourd'hui décrié par des mouvements anarchistes car il serait "le symbole de la répression et de l'expiation des Parisiens qui avaient participé à l'insurrection" de la Commune, explique l'historien Jean-Louis Robert dans un article des Inrocks

>Des niches à chats pour chasser les rats

Dans un tout autre style, une proposition intitulée "habitat félin et prévention des rongeurs", suggère de "développer des lieux de vie en milieu urbain pour félins. Il s'agirait de petites cabanes (comme des niches, mais pour chat) où ils pourraient vivre en toute indépendance".

Ainsi installés notamment dans les squares et jardins, les chats pourraient participer à "se débarrasser" des rongeurs. Une solution naturelle en somme alors que la mairie de Paris a lancé en décembre dernier un plan d'action contre la prolifération des rats dans les parcs et jardins.

Carole Blanchard