× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
Mis à jour le

Aucun train ne circulait samedi matin au départ ni à l'arrivée de la gare de Paris-Austerlitz. La SNCF n'était pas en mesure de préciser quand le trafic reprendrait.

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Martellus
    Martellus     

    Négations et tentatives de cacher les faits de la part du pouvoir et du PS mises en évidences sur http://www.fdesouche.com/390321-catastrophe-ferroviaire-de-bretigny-91-les-secours-caillasses-par-des-jeunes-grosse-tension-sur-place

  • Denis Morin
    Denis Morin     

    AGRESSION DES SECOURS ! CAILLASSAGE PAR "NOS" BARBARES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Partisan
    Partisan     

    Pompiers et policiers qui tentaient de porter secours aux victimes du déraillement ont fait face à des jets de pierres.

    L’info. C’est une scène incroyable à laquelle ont assisté les policiers à leur arrivée à Brétigny-sur-Orge. Alors qu’ils tentaient de porter secours aux victimes du déraillement du Paris-Limoges, dans lequel au moins six personnes ont trouvé la mort, ils ont dû faire face à des jets de pierres de la part d’un petit groupe de jeunes. A l’origine de l’agression, des pillards, venus voler sur les corps des morts et des blessés ce qu’ils pouvaient emporter.

    « Ils semblent porter secours aux victimes ». Nathalie Michel, du syndicat de police Alliance, raconte la scène au micro d’Europe 1 : [...]

    « Inqualifiable, monstrueux ». Les policiers décident alors de les chasser, mais les jeunes n’entendent pas se laisser faire. Ils ripostent aux forces de l’ordre en leur jetant des pierres, ainsi qu’aux pompiers en cours d’intervention.

    Pour s’en débarrasser, les secours sont contraints de demander des renforts. « C’est inqualifiable, monstrueux », ajoute encore Nathalie Michel, écœurée.

    Europe 1

    ——————

    Deux personnes ont été placées en garde à vue pour avoir dérobé des téléphones portables appartenant à des membres du SAMU.

    Des véhicules de secours ont également été caillassés. Les policiers doivent faire face à une grosse tension pour maintenir le cordon de sécurité : énormément de curieux font pression pour entrer.

Votre réponse
Postez un commentaire