BFMTV

Bouées de cou: la nouvelle mode à éviter

Un bébé muni d'une bouée de cou

Un bébé muni d'une bouée de cou - Youtube / Pok Su

De plus en plus de parents équipent leurs bébés de bouées de cou à l'heure de la baignade. Une pratique qui comporte des risques selon les spécialistes.

La bouée de cou a la cote, au grand dam des spécialistes. Avec cet accessoire, utilisable sur les nourrissons de plus de quatre mois, les bébés peuvent flotter dans l'eau, de quoi ravir les parents. Pourtant, ce produit ne serait pas un gage de sécurité pour les enfants si l'on écoute les spécialistes.

"Des pièges mortels"

Kyran Quinlan, professeur de pédiatrie au Rush University Medical Center et ancien président de l'American Academy of Pediatrics (AAP) chargé de la prévention des blessures, est le premier à avoir lancé l'alerte. D'après lui, les bouées de cou sont "des pièges mortels potentiels".

"Les flotteurs de cou pour les bébés me font peur, et j'espère qu'ils effraient les parents", a-t-il déclaré au magazine américain Goodhousekeeping. "C'est effrayant de savoir que votre enfant n'est qu'à une couture mal scellée de la noyade".

Contraires au bon développement de l'enfant

De son côté, Kaylë Burgham, professeur de natation à la Swimming Teachers Association au Royaume-Uni, souligne l'incompatibilité des bouées de cou avec le bon développement de l'enfant:

"Bien que les parents puissent avoir les mains libres, ce n'est pas ce que les bébés veulent ou ont besoin - physiquement ou émotionnellement" a-t-il expliqué. "Cette activité isolée va complètement à l'encontre de l'essence même de la natation pour bébé, qui est basée sur le contact humain: se lier avec votre enfant afin qu'il puisse explorer l'eau dans un environnement sûr, détendu et amusant".

Des produits retirés de la vente

Deux modèles de bouées de cou ont déjà été retirées de la vente en ligne en Australie, en raison de leur non conformité aux règles de sécurité. La marque de production la plus répandue, Otteroo, a de son côté dû rapatrier 3.000 bouées après avoir fait l'objet de 54 rapports en 2015.

De façon générale, la bouée, utilisée par 25% des parents, est déconseillée, rappelle Le Parisien. Après une étude réalisée l'an passé auprès de 659 parents, l'Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa) a conclu que la bouée est l'accessoire "le moins sécuritaire" car "l'enfant peut se retrouver la tête en bas et ne peut alors pas se retourner".

Céline Penicaud