BFMTV

Bobigny: le personnel de l’hôpital Avicenne dénonce le délabrement de l’établissement

Des membres du personnel soignant de l'hôpital Avicenne à Bobigny seront en grève ce mardi à l'occasion de la mobilisation de la fonction publique. L'hôpital qui s'est illustré pour avoir réussi la première greffe de trachée au monde souffre aussi de délabrement et le personnel déplore des conditions de travail qui se dégradent.

Une première mondiale vient d'être couronnée de succès à l'hôpital Avicenne et pourtant. Dans cet établissement de Bobigny où les premières greffes de trachées ont été réalisées, l'hôpital souffre de délabrement. Sur des photos prises par du personnel hospitalier, on peut voir des trous dans certaines salles de l'hôpital, des cartons de produits de santé entreposés dans des préfabriqués très mal isolés ou encore un lavabo complètement bouché rempli d'eau sale.

D'autres clichés montrent encore des sacs de nourriture jetés au sol dans une chambre inoccupée ainsi qu'un local permettant d'accéder au brancardage rempli de matériel de chantier.

"Sur l'hôpital Avicenne on est à 28 millions d'euros de déficit. Du coup on ne donne plus les moyens au personnel pour aller chercher du matériel. On a des conditions de travail sales, des trous qui se font, des agents de la pharmacie qui doivent traverser la rue et mettre des palettes de soluté dans des préfabriqués qui sont cassés", énumère Carole, déléguée du personnel et préparatrice en pharmacie. 

"On maltraite les patients inconsciemment"

Le matériel abîmé et les locaux dégradés ne concernent pas un seul service mais l'ensemble de l'établissement, même si des aménagements ont été faits dans certaines pièces de l'hôpital. Selon le classement des meilleurs hôpitaux de 2017, l'établissement reste bien positionné dans plusieurs de ses spécialités, mais le personnel tire la sonnette d'alarme.

"On est tous épuisés. On est là en étant solidaires tous ensemble mais si l'Etat ne suit pas, quelque part on maltraite les patients inconsciemment et on est mal à l'aise parce qu'on voudrait ne pas travailler dans ces conditions-là, ne serait-ce que pour le confort de nos patients", souligne Nora, déléguée du personnel.

"Ceux qui trinquent c'est nous, les petits soignants, le paramédical, la pharmacie, tout ce qui fait tourner la petite fourmilière des hôpitaux", poursuit-elle. Comme de nombreux secteurs publics, le personnel hospitalier sera mobilisé ce mardi à l'occasion de l'appel des syndicats à protester contre les projets de réforme de la fonction publique.

C. B avec Julie Pierret, Johanna Guerra