BFMTV

Bas-Rhin: une trentaine de hooligans s'affrontent dans une rixe

L'affrontement, qui s'est déroulé dimanche dans la commune de Kilstett, a impliqué deux groupuscules de hooligans avant le match opposant le RC Strasbourg au Stade de Reims. Au moins un appartiendrait à la mouvance de l'ultradroite. Pour l'heure, l'enquête n'a pas permis d'identifier formellement les protagonistes de la rixe.

Des faits de violence d'une rare intensité se sont produits dans le centre-ville de la commune de Kilstett (Bas-Rhin), dimanche en début d'après-midi. Une vidéo, enregistrée par un riverain témoin de la scène et largement relayée sur les réseaux sociaux, montre une rixe entre deux groupes distincts. Cette bagarre serait en réalité un duel lancé entre deux groupuscules de hooligans, dont au moins un appartiendrait à la mouvance de l'ultradroite, a appris BFMTV de sources municipales.

Selon le maire de Kilstett, Francis Laas, interrogé par BFMTV ce mercredi, cette rixe serait intervenue dans le cadre de l'avant-match d'une rencontre de Ligue 1 devant se tenir le même jour. Ainsi, deux groupes de supporters, dont l’un proche de l’ultra-droite, se sont donnés rendez-vous pour s’affronter en pleine rue à Kilstett deux heures avant le match opposant le RC Strasbourg au Stade de Reims.

"Des riverains ont vu arriver plusieurs voitures, certaines immatriculées dans la Marne", le département dont la ville de Reims est l'une des sous-préfectures, a expliqué le maire.

La vidéo laisse voir des combats en plein centre-ville de la petite commune alsacienne. "On y voit des individus en train de se porter des coups de poing, des coups de pied. Certaines personnes sont frappées alors qu’elles sont à terre. Ce sont de vraies scènes de violence qui ont vraiment choqué les riverains et qui ont propagé un sentiment d’insécurité dans le village", regrette Francis Laas. La trentaine d'individus participant à la bagarre étaient tous cagoulés et vêtus de noir.

De fait, cette rixe semblerait correspondre en tout point à un "fight", une bagarre codifiée et convenue d'avance entre les groupes de hooligans.

Un groupe de hooligans d'extrême droite mis en cause

L'orientation idéologique du groupe de supporters strasbourgeois ne fait que peu de doute pour le maire de Kilstett:

"On a aussi découvert que c’était probablement des membres de Strasbourg Offender, un groupuscule d’ultra-droite de supporters du Racing Club de Strasbourg qui se sont battus avec les hooligans de Reims. Ils se sont vantés de leur exploit sur Internet", précise-t-il.

Le maire regrette qu'aucune interpellation n'a pu avoir lieu: la gendarmerie territoriale a en effet découvert des rues vidées de ces supporters, qui ont quitté les lieux dans la foulée de la rixe.

"Si aucune mesure n’est prise, il y a fort à parier que ces combats de rue se reproduisent en toute impunité à Kilstett ou ailleurs. A mon avis, il faudrait dissoudre ces groupes-là", lance l'élu. Ce dernier a déclaré s'être "entretenu avec le président de la région Grand Est, Jean Rottner, qui [lui] a assuré qu’il parlerait à la préfète de la région Grand Est, Madame Josiane Chevalier".

Les rues de Kilstett dépourvues de système de vidéosurveillance et les visages cagoulés des protagonistes de la rixe laissent présager une enquête épineuse pour les forces de l'ordre. Pour l'heure, les investigations n'ont pas permis d'identifier formellement les participants à cette rixe.

Mélanie Vecchio avec Hugo Roux