En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les hommages aux 86 victimes et blessés s'étaient multiplié à Nice et dans toute la France
 

Elle craint de lourdes conséquences pour les plus jeunes. La responsable du service de pédopsychiatrie du CHU de Nice estime que les services de santé manquent de moyens pour faire face aux centaines d'enfants et adolescents traumatisés par l'attentat du 14 juillet.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • jjpbl
    jjpbl     

    Parents, associations, attention à la psychiatrie : le tueur au camion à Nice était sous traitements psychiatriques et n'avait jamais rien commis de tel auparavant !
    Voici un témoignage de Jean-Louis Caccomo, économiste international qui a eu l'audace de dire que la politique économique socialiste française et actuelle n'était pas bonne ( il a été interné par le responsable de l'Université dans laquelle il donnait des cours. Cet internement était illégal).
     Je vous cite deux ou trois phrases :
    "On perd peu à peu sa dignité et son humanité"
    Puis les effets secondaires de la combinaison des médicaments se déchaînent : hallucination, ralentissement de toutes les fonctions motrices, incontinence, perte des dents et des ongles… On perd peu à peu sa dignité et son humanité. À tel point qu’un jour, c’est le personnel qui a fait ma toilette, constatant que j’avais uriné dans mes draps.
    Durant mon séjour, j’ai assisté à deux suicides et une tentative d’évasion. Je suis rentré, choqué, dans ma chambre. Ensuite, on passe ses journées dans la cour intérieure, avec pour seule occupation, la cigarette, à la recherche de mégots parfois, à l’abri des regards des infirmiers qui nous surveillent… »

Votre réponse
Postez un commentaire