strasbourg
 

Les accusations de complot se multiplient dans des groupes Facebook de gilets jaunes, dont certains soupçonnent le gouvernement de "diversion" après l'attaque qui a fait deux morts et quatorze blessés à Strasbourg mardi soir. 

Votre opinion

Postez un commentaire