BFMTV

Arrêt des traitements de Vincent Lambert: "soulagée", son épouse Rachel lance un appel à "la dignité"

"Soulagée" de la décision des médecins qui ont lancé ce lundi l'arrêt des traitements de son mari, Rachel Lambert estime que le moment est désormais "à la dignité et à l'accompagnement". En fin de soirée, la cour d'appel de Paris a cependant ordonné la reprise des traitements.

"Qu'on nous laisse en paix". En opposition avec ses beaux-parents sur le sort de son époux Vincent Lambert depuis de longues années, Rachel Lambert lance un appel à "la dignité". Au micro de RTL, la jeune femme, qui réclamait la fin de l'acharnement thérapeutique, confie "faire abstraction de tout" alors que l'équipe médicale de son mari vient d'entamer ce lundi l'arrêt de ses traitements. Des déclarations effectuées ce lundi quelques heures avant que la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des traitements. 

"Le moment est à la dignité, à l'accompagnement, c'est le temps de l'accompagnement et de l'amour", estime Rachel Lambert, qui reconnaît que "chacun peut avoir son opinion et ses propres convictions".

Elle rappelle toutefois que "la liberté de Vincent n'entrave en rien la liberté des autres". "Le voir partir, c'est le voir en homme libre", assure-t-elle, tout en réclamant qu'on les "laisse en paix dans l'intimité et la dignité". 

"On a tout essayé"

Interrogé sur notre antenne, l'avocat de Rachel Lambert confie que sa cliente, désignée tutrice de son époux en 2016, est "vraiment soulagée". "On n'a pas d'autre solution que d'accepter, puisqu'il n'y a aucun moyen de contacter Vincent Lambert et d'établir un dialogue avec lui", affirme Maître Francis Fossier, après avoir rappelé toutes les procédures qui ont été menées par diverses équipes médicales depuis 10 ans pour tenter d'entrer en contact avec lui.

"On a tout essayé pour essayer d'échanger avec Vincent Lambert, et c'est une fois que tous les médecins se sont aperçus que c'était de l'obstination déraisonnable et qu'on n'arriverait pas à entrer en contact avec lui que la décision d'arrêter ses traitements a été prise", rappelle Francis Fossier.

"Contre-vérités"

"Ce qui nous choque profondément, ce sont les contre-vérités qui sont diffusées en permanence depuis quelques jours pour essayer de s'attirer l'opinion à soi", déclare l'avocat qui évoque la diffusion, par les parents de Vincent Lambert, d'une vidéo de leur fils sur son lit d'hôpital dans laquelle il semble triste.

La dernière indignité est d'avoir diffusé cette vidéo sans l'accord de la tutrice. Une plainte va être déposée ce lundi soir. Elle est rédigée, le procureur est prévenu, on attend l'accord de Rachel Lambert", déclare-t-il.
Mélanie Rostagnat