BFMTV

Alpes-Maritimes: plus de 2.000 bâtiments à expertiser après les intempéries

Une maison détruite à Saint-Martin-Vésubie après le passage de la tempête Alex

Une maison détruite à Saint-Martin-Vésubie après le passage de la tempête Alex - Nicolas Tucat

La phase d'évaluation des dommages doit se dérouler pendant une vingtaine de jours dans les vallées de la Vésubie et de la Roya.

Douze équipes partent samedi en 4x4 ou en hélicoptère dans les vallées de la Vésubie et la Roya pour une mission d'évaluation de plus de 2.000 bâtiments, après les crues dévastatrices du 2 octobre, annonce la préfecture.

Quelque 24 experts sont déployés dans ces vallées pour une vingtaine de jours.

Une cellule pour évaluer les dégâts

Jeudi avait été lancée une "cellule bâtimentaire". Coordonnée par Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) des Alpes-Maritimes, elle regroupe les pompiers, les collectivités, des architectes et notamment l'ONG Architectes de l'urgence, des experts judiciaires.

"La méthodologie suivie a été élaborée sur la base de l'expérience de l'Association française du Génie Parasismique (AFPS) et des fiches élaborées dans le cadre d'évaluations bâtimentaires lors d'épisodes sismiques. Cette méthodologie a été adaptée à la situation rencontrée suite aux intempéries de la tempête Alex", écrit la préfecture dans son communiqué.

Les dégâts éventuels sur plus de 2.000 constructions doivent être évalués, principalement à Tende (545 bâtiments à évaluer), à Breil-sur-Roya (509) ou à Saint-Martin-Vésubie (491).

6 morts dans les intempéries selon un bilan provisoire

Lors de la semaine écoulée, 94 bâtiments ont déjà pu être expertisés. Parmi eux, 70 ont été déclarés verts (peu impactés), 2 noirs (détruits), 9 rouges (très largement impactés) et 8 jaunes (impactés significativement).

Les secours se poursuivent par ailleurs pour tenter de retrouver des victimes. Samedi matin, le bilan provisoire faisait toujours état de six morts, neuf disparus et 13 supposés disparus.

Selon les pompiers, plus de 1.000 personnes sont toujours mobilisées, dont 663 sur le terrain épaulées de 11 hélicoptères.

H.G. avec AFP