BFMTV

Aide publique: la réplique cinglante de Gabriel Matzneff à Franck Riester

Gabriel Matzneff.

Gabriel Matzneff. - AFP

Visé par une enquête pour viols sur mineurs, l'écrivain Gabriel Matzneff va se voir retirer une aide publique. Le ministre de la Culture Franck Riester a estimé que cette allocation n'était "pas justifiée". Sollicité par BFMTV, l'écrivain réagit.

"J'espère que lorsque le Chef de l’Etat apprendra cela, il rougira de honte". Bientôt privé d'une aide publique, Gabriel Matzneff réagit par email auprès de BFMTV et vise Franck Riester. Alors qu'il fait l'objet d'une enquête pour viols sur mineurs, à la suite de la publication du livre témoignage Le Consentement, de Vanessa Springora, l'écrivain va se voir retirer l'allocation annuelle aux auteurs accordée par le Centre national du livre (CNL), dont il bénéficie depuis 2002.

Dans une lettre adressée au président du CNL Vincent Monadé, Franck Riester a souhaité que soit mise en place "dès cette année" une commission qui se prononcerait sur la reconduction annuelle de l'allocation annuelle du CNL, en vue d'un "contrôle plus resserré". 

"Dans l'hypothèse où M. Gabriel Matzneff viendrait à demander le renouvellement de l'allocation dont il a bénéficié en 2019, son dossier sera comme tous les autres candidats, revu et analysé par cette commission (...) l'ensemble des faits rapportés me porte toutefois à considérer que cette allocation n'est pas justifiée et n'aurait pas dû perdurer", a indiqué le ministre.

La réponse de Gabriel Matzneff est cinglante. Il confie dans un courrier électronique à BFMTV: "La décision de celui qui est assis dans le fauteuil d’André Malraux et de Jack Lang de supprimer l’aide que le CNL apportait à Gabriel Matzneff? J’espère que lorsque le Chef de l’Etat apprendra cela, il rougira de honte. J’espère, écrivant cela, faire honneur au Chef de l’Etat dont on a toujours dit qu’il est un passionnément de littérature, un amoureux de la langue française, le protecteur des écrivains."

Ce mardi, dans une lettre adressée à BFMTV, Gabriel Matzneff avait réagit à l'arrêt de la publication de son journal par Gallimard, et livrait son état d'esprit.

BFMTV