BFMTV

Affaire Duhamel: Pierre Sellal remplace le politologue à la présidence du "Siècle"

Le diplomate Pierre Sellal, le 4 octobre 2013 à Paris.

Le diplomate Pierre Sellal, le 4 octobre 2013 à Paris. - JACQUES DEMARTHON / AFP

Accusé d'inceste, le constitutionnaliste Olivier Duhamel a démissionné de ses fonctions début janvier.

Le diplomate Pierre Sellal a été élu président du "Siècle", après la démission d'Olivier Duhamel suite aux accusations d'inceste qui le visent, a annoncé jeudi le prestigieux cercle d'influence.

Ex-représentant permanent de la France auprès de l'Union Européenne à Bruxelles, actuel président du conseil d'administration de la Fondation de France, Pierre Sellal, 68 ans, a été élu président mercredi à l'unanimité du conseil d'administration de l'association, précise le "Siècle" dans un communiqué.

Il remplace le politologue Olivier Duhamel, qui avait démissionné le 4 janvier dernier, après un an de présidence de cette association qui rassemble des responsables politiques, syndicaux, des dirigeants de grosses entreprises ou des journalistes.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "viols et agressions sexuelles par personnes ayant autorité sur mineur de 15 ans" après les accusations de Camille Kouchner, qui dénonce dans le livre La Familia grande les agressions incestueuses qu'aurait imposées son beau-père, Olivier Duhamel, à son frère jumeau quand il était adolescent à la fin des années 1980.

Plusieurs démissions dans l'entourage de Duhamel

Depuis, plusieurs personnes de l'entourage de l'ancien chroniqueur de LCI se mettent en retrait de la vie publique.

Le préfet Marc Guillaume, membre du conseil d'administration du "Siècle" et ex-sécretaire général du gouvernement, a quitté mercredi l'ensemble des fonctions dans lesquelles il a travaillé avec Olivier Duhamel, alors que l'ancienne ministre Élisabeth Guiguou a quitté la présidence de la Commission sur l'inceste et les violences sexuelles subies pendant l'enfance.

De son côté, Le Siècle "rappelle son attachement au respect absolu de l'intégrité physique et morale de la personne humaine" et "condamne avec la plus grande fermeté tout acte y portant atteinte et en particulier toutes formes de violence sexuelle".

C.M. avec AFP