Mis à jour le
A sign announcing a level crossing is pictured in Millas as gendarmes (background) investigate, on December 16, 2017, two days after some children were involved in an accident when a regional TER train crashed into a school bus at a level crossing.
 

Trois enquêtes ont été ouvertes pour déterminer les circonstances de la collision mortelle entre un TER et un car scolaire jeudi dernier à Millas, dans les Pyrénées-Orientales. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Réjane Ange Favaretto
    Réjane Ange Favaretto     

    si la barrière était fermée , le car l'aurait défoncée et si elle n'a rien c'est qu'elle était levée, simple non

  • Rolande Gaouyat
    Rolande Gaouyat     

    .moi ce qui me choque c est la guerre entre la sncf et les transports scolaires .Il y a déjà 5 morts et d autres en étés graves .J ai des enfants du même age et je trouve honteux de réagir
    comme ca et pour ces pauvres enfants et pour ces familles .
    Aucuns mots de tristesse n a été prononcé ...Et ca se dit humain ca ???
    D autre part comment un bus roulant a 12km peut il éclater des barrières ??
    Et comme par enchantement ceux qui prétendent que les barrières étaient ouvertes travaillent pour la sncf ....Un peu d humanisme des enfants sont décédés ......

  • Frédérick Hernandez
    Frédérick Hernandez     

    Un peu de maths...

    1-/ Par sécurité le train doit passer au moins 30 sec après l'abaissement des barrières.

    2-/ Le bus fait 13 m et roule à 12 km/h

    3-/ La barrière est situé à 1 m des rails, l'espace entre les rails est de 1.435 m, et le bus doit se trouver au moins 1 m de l'autre coté des rails pour éviter l'accident

    La distance que le bus doit parcourir est donc de 1+1.435+1+13 = 15,435 m

    Hors le bus roule à 12 km/h, il a donc besoin de 4,63 sec pour franchir le passage.

    L'enregistrement du bus montre qu'il a bien roulé, sans s'arrêter ni ralentir jusqu'à l'accident.

    Un 1er bus passe sans problème, en moins de 5 secondes, et les barrières sont ouvertes, le 2eme bus, celui de l'accident, suit tout de suite le 1er bus.

    Donc même si la barrière se referme devant lui et qu'il force la barrière sans l'a voir... ce bus aurait du pouvoir franchir le passage à niveau et le train aurait du passer encore 20 secondes après le passage de ce 2eme bus.

    Par conséquent il est démontré que le train est arrivé avant le délai de sécurité de 30 secondes qui est prévu entre l'abaissement des barrières et son passage.

    Donc le passage a niveau a bien dysfonctionné. Les barrières et les feux étaient en retard, la responsabilité de la SNCF semble engagée.

    Dans ces conditions on peut penser que la barrière était encore ouverte comme le dit la conductrice (qui a bonne réputation) et qu'elle se soit refermée sur le bus.

    dano54
    dano54      (réponse à Frédérick Hernandez)

    Parfait ! Il n'y a plus besoin d'enquête ! C'est sidérant ! Tout autant que le patron de la compagnie de cars qui a pu interroger le soir même la pauvre conductrice car, elle est beaucoup à plaindre, alors même que le lendemain elle ne pouvait toujours pas dire un mot ! Est-ce vrai est-ce faux ce qui a été dit et que je répète ! Personne peut l'assurer n'est-ce pas ! Ce que je viens d'écrire est par conséquent non vérifié comme ce que vous dites.

Votre réponse
Postez un commentaire