BFMTV

A Toulouse, la cantine intergénérationnelle séduit petits et grands

La commune de Bioule, à proximité de Toulouse, a mis en place une cantine intergénérationnelle pour permettre aux personnes âgées de ne pas avoir à manger seules.

Pour créer du lien social entre les générations, la commune de Bioule, dans le Tarn-et-Garonne, a eu une bonne initiative. Depuis six ans, le maire de la ville a décidé d'ouvrir la cantine scolaire aux personnes âgées de plus de 75 ans. Contre six euros, les retraités partagent leur repas et deux à trois heures par jour avec les enfants.

C'est le cas de Pierre, qui se rend chaque jour à la cantine depuis 2011. "Je restais à la maison tout seul, alors quand ma femme est morte je suis allé directement à la cantine", explique-t-il. Pour la plupart des personnes bénéficiant de cette initiative, c'est l'occasion de tromper la solitude du quotidien.

"C'est pour rompre notre solitude, c'est moins pesant. Le maire et les cantinières veulent bien que l'on reste alors on y reste le plus possible. On se raconte nos vieilles histoires d'autrefois", raconte une des six retraités de la bande.

Une blague à l'origine de l'initiative

Première de ce type en France, cette cantine intergénérationnelle n'aurait cependant jamais pu voir le jour. Le maire de Bioule Gabriel Sierra se rappelle que la proposition a été formulée sur le ton de la blague à l'une des personnes âgées qui habitait le village.

"La cantine était située où il y a l'école, mais à un moment c'est devenu trop petit. Du coup, on a déménagé la cantine à côté de la mairie. Juste derrière, il y avait une personne âgée, qui surveillait en quelque sorte. Il s'occupait tellement de la cantine, sur le ton de la boutade je lui ai demandé 'Vous ne voudriez pas venir manger à la cantine?'. C'était le chef de bande des aînés du coin, il a fait le tour, et après tout le monde venait me voir", s'amuse le maire de la commune.

A partir de ce moment, il a choisi de tenir parole et a demandé à l'Etat des renseignements et les normes à respecter pour accueillir des personnes âgées dans une cantine pour enfants.

"On m'a dit 'attention, il ne faut pas faire concurrence aux restaurants, il ne faut pas faire concurrence aux portages de repas, il faut que le prix soit à l'avantage ou que vous ne fassiez pas de bénéfice sur le prix de la cantine", développe Gabriel Sierra.

La ténacité du maire a fini par payer. Aujourd'hui, une cinquantaine d'autres communes françaises ont déjà appelé la mairie de Bioule pour tenter de mettre en place un modèle identique.

F. H. avec Philippe Gaudin et Sébastien Savoye