BFMTV

80 téléphones retrouvés dans une prison guadeloupéenne

Le mur d'enceinte extérieure d'une prison (Photo d'illustration).

Le mur d'enceinte extérieure d'une prison (Photo d'illustration). - Thomas Samson - AFP

"155 armes artisanales, 80 téléphones portables, 1 kg d'herbe, de la résine de cannabis, de la cocaïne, des amphétamines, de l'ecstasy et du crack" ont été saisis.

De la drogue, des téléphones portables ou encore des armes artisanales, c'est le butin qui a été pêché lors d'une "fouille générale" à la maison d'arrêt du centre pénitentiaire de Baie-Mahault, en Guadeloupe, ce lundi.

La Préfecture indique, sur son site internet, que cette fouille, des "cellules de la maison d'arrêt du centre pénitentiaire", qui a duré toute la journée, "a mobilisé 60 agents de l'administration pénitentiaire et 110 gendarmes", parmi lesquels "des gendarmes mobiles, le groupement d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), la brigade cynophile ainsi que des gendarmes de la brigade de Baie-Mahault".

"Cette opération rentre dans le cadre des actions que nous menons sur l'ensemble de l'archipel contre la délinquance", a expliqué Jacques Billant, le préfet, sur place, ajoutant "elle fait suite également aux agressions envers les personnels et entre détenus. Les personnels de l'administration pénitentiaire exercent une mission de service public difficile. Ils doivent la remplir en toute sécurité."

Cannabis, crack, ecstasy, amphétamines et cocaïne 

"155 armes artisanales, 80 téléphones portables, 1 kg d'herbe, de la résine de cannabis, de la cocaïne, des amphétamines, de l'ecstasy et du crack" ont été saisis et "des poursuites judiciaires sont prévues contre leurs détenteurs", indique la préfecture sur son site Internet.

Au total, ces fouilles ont concerné : "120 cellules, 450 détenus", a précisé M. Billant, qui rappelle que les détenus profitent de "projections" depuis l'extérieur de la prison.

Des filets anti-projection ont été mis en place dans le passé. Cette fouille "inédite en Guadeloupe" d'après l'un des acteurs présent sur le terrain, fait suite à plusieurs agressions et faits marquants survenus ces dernières semaines en Guadeloupe.

Un détenu de la prison de Baie-Mahault avait ainsi été condamné, le 2 septembre, en comparution immédiate, à 5 ans de prison ferme avec maintien en détention par le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre, pour avoir agressé un agent du centre pénitentiaire, qu'il avait poignardé "avec un pic artisanal" le 29 août.

M.H avec AFP