BFMTV

66,3 millions de Français au 1er janvier 2015

La foule dans les rues de Bordeaux, le 8 janvier 2014 (illustration)

La foule dans les rues de Bordeaux, le 8 janvier 2014 (illustration) - Jean-Pierre Muller - AFP

La population française est en légère hausse. Un phénomène qui s'explique surtout par le recul de la mortalité en 2014 par rapport à l'année précédente.

Un total de 66,3 millions d'habitants vivaient en France au 1er janvier 2015, selon les derniers chiffres de l'Insee. Cela représente une augmentation de 300.000 personnes par rapport à l'année précédente, due principalement à la baisse du nombre des décès grâce à l'hiver clément, a annoncé mardi l'Insee dans le bilan démographique de 2014.

Le "solde migratoire", soit l'excédent des entrées par rapport aux sorties du territoire, a contribué de façon marginale à la croissance de la population. Le 1er janvier 2015, 64,2 millions de personnes vivaient en France métropolitaine et 2,1 millions dans les cinq départements d'outre-mer. La France reste le deuxième pays le plus peuplé de l'UE, derrière l'Allemagne et devant le Royaume-Uni. 

> Moins de décès qu'en 2013

Comme par le passé, la croissance de la population est principalement portée par le "solde naturel", c'est-à-dire l'excédent des naissances (820.000) sur les décès (556.000). En 2014, les décès ont été moins nombreux que l'année précédente, en raison d'un hiver doux et d'une épidémie de grippe saisonnière de faible intensité et de courte durée. 

> La natalité stable

Alors que la mortalité a reculé, les naissances de leur côté se sont "stabilisées après une légère baisse entamée en 2010", a souligné lors d'une conférence de presse Marie Reynaud, chef de l'unité des études démographiques et sociales de l'Insee. La baisse du nombre de femmes en âge de procréer a été compensée par une hausse de la fécondité. Au sein de l'Union européenne, l'Irlande et la France restent en effet les pays les plus féconds avec 2 enfants par femme. L'âge moyen des mères qui accouchent continue d'augmenter pour atteindre 30,3 ans. 

L'Insee a également mis cette année un coup de projecteur sur les familles nombreuses, hébergeant trois enfants ou plus. Elles sont 1,7 million en France, soit 21,5% de l'ensemble des familles, et sont plus nombreuses dans l'ouest et le nord de la France, que dans le sud.

> L'espérance de vie en hausse

L'espérance de vie, qui avait marqué le pas, est repartie à la hausse pour atteindre 79,2 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes. En 20 ans, l'espérance de vie des femmes a progressé de 3,6 ans, celle des hommes de 5,6 ans, l'écart entre les deux sexes ne cessant de se réduire. Le vieillissement de la population s'est poursuivi, mais à un rythme moins marqué que dans d'autres pays d'Europe du fait de la plus grande fécondité de la France.

> 4% des mariages entre des personnes de même sexe

Pour la deuxième année consécutive, l'Insee a publié une estimation du nombre de mariages homosexuels: depuis la loi du 17 mai 2013 qui a ouvert le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, plus de 17.500 mariages homosexuels ont été célébrés en France: 7.500 en 2013 et 10.000 en 2014, soit 4% des 241.000 mariages l'année dernière. C'est grâce aux mariages homosexuels que le nombre total d'unions a légèrement augmenté, le nombre de mariages de personnes de sexe différent ayant très légèrement diminué.

Chez les mariés de même sexe, il y a eu davantage de mariages d'hommes que de femmes: 54% en 2014, après 59% en 2013. Les femmes se sont mariées en moyenne à 41 ans, les hommes à 46 ans. De mai 2013 à fin décembre 2014, plus de 6.000 communes ont célébré au moins un mariage homosexuel.

A. D. avec AFP